3 juillet, 2009

049 – 051

Classé dans : — unpeudetao @ 17:44

49. Jésus disait :
Heureux vous, les unifiés et les élus,
vous trouverez le Royaume
vous êtes issus de lui et vous y retournez,

 

 

 

50. Jésus disait :
Si l’on vous demande : d’où êtes-vous ?
Dites-leur :
Nous sommes nés de la Lumière
là où la lumière naît d’elle-même
elle se tient droite,
et se révèle dans leur image.
Si l’on vous demande : qui êtes-vous ?
Répondez :
Nous sommes ses fils
et nous sommes les bien-aimés du Père, le Vivant.
Si l’on vous interroge :
Quel est le signe de votre Père qui est en vous ?
dites-leur :
C’est un mouvement et un repos.

 

 

 

51. Ses disciples lui dirent :
Quel jour, le repos de ceux qui sont morts arrivera-t-il ?
Et quel jour, le monde nouveau viendra-t-il ?
Il leur dit :
Ce que vous attendez est déjà venu,
mais vous, vous ne le connaissez pas.

Pas de réponses à “049 – 051”

  1. unpeudetao dit :

    Logion 49
    Heureux les monachos, que nous traduisons par « unifiés » plutôt que par « moines » ou « solitaires ».
    La solitude n’est que la condition de cette unification de tout l’être où l’homme devient monos, Un, à l’image de l’Unique. Ce monachos est à la fois « séparé de tous et uni à tous » comme le dit Évagre le Pontique. La solitude le conduit au coeur du monde. Il intercède pour le salut de tous les hommes. Il cherche et il trouve Celui qui règne en tout et en tous, en Lui est la Racine, en Lui est la Fin.
    Être élu, de nouveau, c’est s’ouvrir à cette grande vague de la Vie qui nous traverse, de la tête aux pieds, du commencement au terme. Être Un avec l’Alpha et l’Oméga.

    Logion 50
    La gnose est une expérience de lumière, c’est ce que révèle le moine Séraphim au philosophe Motovilov lorsque celui-ci vient le visiter dans son ermitage. Ce n’est pas un discours sur la lumière. C’est une participation à son rayonnement incréé.
    Pour Grégoire Palamas et les moines du Mont Athos, le but de la vie chrétienne, c’est cette expérience de la lumière incréée, celle qui a brillé dans le Buisson Ardent, au Mont Thabor et au Jour de la Résurrection. « Elle se tient droite », debout comme un matin de Pâques. « La lumière qui brille au-delà de ce ciel, au-delà de tout, dans les plus hauts mondes, au-delà desquels il n’y a pas de plus hauts, est en vérité la même lumière qui brille à l’intérieur de l’homme » (Chandogya Upanishad III, 13, 7).
    Aussi, à la triple question : « D’où venons-nous, qui sommes-nous, où allons-nous ? » il faut répondre sans hésiter : je viens de la lumière, je suis lumière, je retourne à la lumière. C’est la vérité même du Fils Vivant en nous. C’est la Réalité qui demeure au milieu du vêtement changeant des apparences.
    Le signe de notre lien avec cette Réalité lumineuse : « c’est un mouvement et un repos ». C’est l’unification des contraires, l’unité de l’action et de la contemplation, la tranquillité dans les actes et le repos efficace.

    Logion 51
    Nous trouvons un écho de ce logion dans le Traité de la Résurrection : « Fuis les divisions et les liens, et déjà tu es dans la Résurrection… Pourquoi ne te considères-tu pas déjà comme ressuscité ? »
    Ce que nous attendons, ce que nous cherchons, ce repos, cette plénitude, ils sont déjà là. L’Être n’est pas ailleurs, demain. Il est ici et maintenant.
    Dans l’Évangile de Jean, Jésus rappelle que celui qui croit « a » la vie éternelle, il ne dit pas « aura ». La vie éternelle est au coeur même de cette vie, elle est la dimension incréée de notre vie présente qui ne peut mourir.
    Celui qui la cherche ailleurs s’en éloigne.
    Dans l’Évangile selon Philippe, Jésus disait également : « Ceux qui disent que le Seigneur est mort d’abord et qu’il est ressuscité, se trompent, car il est ressuscité d’abord et il est mort. »
    Jésus était éveillé à l’Éternel vivant en lui. Être ressuscité pour nous aujourd’hui, c’est demeurer dans cette dimension de profondeur et d’amour que ni la mort ni la vie ne peuvent nous enlever.
    Ne plus rien attendre, non comme les blasés, mais comme ceux qui savent qu’à chaque instant, tout leur est infiniment donné.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose