3 juillet, 2009

057 – 060

Classé dans : — unpeudetao @ 20:47

57. Jésus disait :
Le Royaume du Père est comparable à un homme
qui avait une bonne semence.
Son ennemi vint de nuit, sema de l’ivraie
parmi la bonne semence,
l’homme ne les laissa pas arracher l’ivraie,
de peur, dit-il, que vous n’arrachiez le blé avec elle.
En effet, au jour de la moisson, l’ivraie apparaîtra.
On l’arrachera ; elle sera consumée.

 

 

 

58. Jésus disait :
Heureux qui a connu l’épreuve.
Il est entré dans la vie.

 

 

 

59. Jésus disait :
Regardez vers Celui qui est Vivant
tant que vous vivez.
Morts vous chercherez à Le voir
sans parvenir à la vision.

 

 

 

60. Ils virent un Samaritain portant un agneau
Comme il entrait en Judée,
il dit à ses disciples :
cet homme, que veut-il faire avec l’agneau ?
Ils répondirent :
Le tuer et le manger.
Il leur dit :
Tant qu’il est vivant, il ne le mangera pas,
mais seulement s’il le tue et s’il devient un cadavre.
Il leur dit :
Cherchez une place dans le Repos.
Ne devenez pas des cadavres,
si vous ne voulez pas être mangés

Une réponse à “057 – 060”

  1. unpeudetao dit :

    Logion 57
    Jésus propose ici à l’égard du mal, de ce qui sème la « zizanie » en nous (l’ivraie : zizanion en grec), une attitude non duelle. Ne pas l’arracher, de peur d’arracher en même temps le bon grain. Qui juge ? Le bien et le mal sont souvent étroitement mêlés.
    Vous êtes agressif, violent, c’est un mal et, pourtant, il ne faut pas arracher la force… Avec la même énergie, on peut assommer quelqu’un ou lui porter ses valises.
    Vous êtes hypocrite, c’est un mal, et pourtant il ne faut pas arracher l’habileté, l’intelligence… Avec la même finesse, on peut tromper quelqu’un ou au contraire l’éclairer.
    Il faut accepter en nous cette ambiguïté originelle. Ce qui importe, c’est l’orientation du coeur qui fera mûrir nos actes du côté de l’ivraie ou du côté du bon grain.
    L’important, c’est de mêler à toutes choses de l’intelligence et de la bonté. Le reste disparaîtra. Nos grimaces seront « brûlées » par la beauté de notre visage.

    Logion 58
    On dit généralement de quelqu’un qui n’a pas souffert : « Il ne sait pas », « Il ne peut pas comprendre ». Les épreuves, les difficultés pour celui qui est engagé sur le chemin, sont un enseignement. Acceptée mais non subie et non entretenue, l’épreuve peut devenir facteur d’illumination et de connaissance. L’absurdité, la souffrance, la solitude et la mort, tous ces inévitables qu’il nous faut un jour ou l’autre rencontrer sont alors assumés, puis transcendés. En toute circonstance, il s’agit de chercher et de trouver la vie. Mais seul quelqu’un qui a connu la souffrance et l’a réellement traversée peut dire cela, sinon cela sonne faux ; mieux vaut se taire auprès d’un agonisant. Si nous voulons lui « transfuser » quelque sérénité, mieux vaut connaître en soi ce qui est déjà au-delà de la mort.

    Logion 59
    Dostoïevski disait : « Aimer la vie plus que le sens de la vie. » C’est en aimant la vie que son sens va se révéler, en l’aimant intensément. « Chercher la lumière pendant qu’il fait jour. » « Profiter » de cette vie spatio-temporelle, relative, insatisfaisante, pour éprouver, expérimenter néanmoins le Vivant. Ne pas attendre de mourir pour se rendre compte que souvent, nous passons notre vie à côté de la vie. Nous ne sommes pas nés seulement pour mourir. Nous sommes nés pour vivre. Il y a des évidences dont la pratique demande du courage et pourtant peut-on trouver de plus haute motivation à sa vie que le Vivant Lui-même ?

    Logion 60
    L’agneau symbolise l’innocence, le don de soi, fragilité et force de l’amour. Comment le préserver, ne pas le tuer en nous, le garder vivant ? Le cadavre de l’agneau, c’est le coeur dur, l’homme sans fraîcheur et sans ce repos que donne l’innocence, la pureté : « la force invincible de l’humilité ».
    Ne pas se rendre comestible ou consommable, c’est aussi se garder libre pour l’Essentiel, au-delà des rentabilités du faire et de l’avoir. Se garder libre pour être.
    Agneau pascal, agneau de passage, éprouver son être en transhumance.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose