4 juillet, 2009

103 – 106

Classé dans : — unpeudetao @ 16:43

103. Jésus disait :
Bienheureux l’homme qui sait
à quelle heure de la nuit viendront les voleurs.
Il s’éveillera,
rassemblera ses forces
et se ceindra les reins
avant qu’ils ne viennent.

 

 

 

104. Ils lui disaient :
Viens, prions aujourd’hui et jeûnons.
Jésus répondit :
Quelle faute ai-je donc commise ?
Ou en quoi ai-je été vaincu ?
Quand l’époux sortira de la chambre nuptiale,
alors,
il faudra jeûner et prier.

 

 

 

105. Jésus disait :
Celui qui connaît son père et sa mère
l’appelle-t-on fils de prostituée ?

 

 

 

106. Jésus disait :
Si vous faites le deux, UN,
vous serez Fils de l’Homme.
Et si vous dites :
Montagne, éloigne-toi,
elle s’éloignera.

Une réponse à “103 – 106”

  1. unpeudetao dit :

    Logion 103
    « Se tenir éveillé », être fort, bien centré, ne pas disperser ses forces, avoir les reins solides… telles sont les conditions pour ne pas perdre sa sérénité à l’heure de l’épreuve, quand vient le voleur de nos énergies, l’ennemi du Vivant.
    Une autre condition : connaître l’heure où il vient c’est-à-dire de nouveau se connaître soi-même, connaître ses moments de faiblesse ou de dépression. Connaître l’heure de ses doutes et les désirs de ses nuits…

    Logion 104
    Quand on est en présence de quelqu’un, pense-t-on à lui ? On est avec lui.
    Si Dieu est réellement présent, il n’y a plus à prier ni à jeûner. Sa présence remplit tout.
    La chambre nuptiale est pleine de son parfum…
    Mais il arrive que l’Époux sorte de la chambre, c’est-à-dire que nous quittions cet état d’Union entre le créé et l’Incréé, alors il faut prier et jeûner pour y revenir…
    Revenir de l’ »exil de la Shekinah », disent les rabbins, ne plus être des exilés de la Présence, nous reposer dans Sa chambre haute…

    Logion 105
    Ménard traduit ce logion : « Celui qui connaîtra le père et la mère sera appelé fils de prostituée », en disant que connaître son père et sa mère, c’est être dans la chair et donc être prostitué à la matière.
    Mais de quel père et de quelle mère s’agit-il ? Ne serait-ce pas le Père et la Mère divins dont nous parlaient les précédents logions ?
    Par ailleurs, on peut se demander si le copiste n’aurait pas écrit : p’šère m’pomé (« fils de prostituée ») pour p’šère m’prôme (« fils de l’homme ») ?
    En effet, ce terme se retrouve au verset suivant et c’était peut-être le mot-crochet qui reliait les deux sentences (cf. R. Kasser). Dans ce cas, le sens serait clair : tout gnostique qui connaîtra le Père et la Mère célestes sera Fils de l’Homme.

    Logion 106
    De nouveau le rappel que c’est dans l’unification de toutes nos dualités : matière-esprit, homme-femme, créé-incréé, etc. que nous devenons Fils de l’Homme, c’est-à-dire pleinement, divinement humain.
    La foi, la paix, l’unité : « contre de telles choses, il n’y a pas de loi », pas de montagnes qui résistent. Les obstacles s’éloignent pour laisser passage au Vivant.
    Les Libri graduum expliquant Jr 31, 17 enseignent que nous avons à devenir ce Vivant, ce Fils de l’Homme, c’est-à-dire de nouvelles créatures dans le Christ comme l’était Adam avant sa chute dans la dualité.
    « Priez qu’ils deviennent tous Fils d’Homme » par l’intégration et la réalisation de toutes leurs potentialités (Libri graduum, col 737, 24).

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose