4 juillet, 2009

114 – 114

Classé dans : — unpeudetao @ 17:19

114. Simon-Pierre lui disait :
Que Marie sorte de parmi nous
parce que les femmes
ne sont pas dignes de la Vie.
Jésus répondit :
Voici que je la guiderai
afin de la faire Homme.
Elle deviendra, elle aussi,
un souffle vivant semblable à vous, Hommes.
Toute femme qui se fera Homme
entrera dans le Royaume de Dieu.
 

Une réponse à “114 – 114”

  1. unpeudetao dit :

    Commentaire de LELOUP :

    En lien avec ce logion, il serait intéressant de citer l’Évangile selon Marie (cf. Codex de Berlin). Nous y retrouvons Pierre qui incarne une attitude patriarcale et négative à l’égard des femmes. Nous y retrouvons également le thème de cet « Homme parfait », ayant intégré en lui le masculin et le féminin que nous avons tous à réaliser quel que soit notre sexe :
    « Le bienheureux (Jésus) prit congé de ses disciples en disant :
    « Paix à vous ! Ma Paix, faites-la en vous ! Veillez à ce que personne ne vous égare par ces mots :
    Le voici ou le voilà !
    car le fils de l’homme est en vous.
    Allez à sa suite (laissez-le vivre en vous)
    ceux qui le cherchent, le trouveront.
    Allez et proclamez l’Évangile du Royaume.
    N’imposez pas d’autre règle que celle que je vous ai fixée
    (aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés),
    et ne faites pas de lois comme le législateur,
    pour n’être pas contraints par elles. »
    Cela dit, Il s’en alla, mais les disciples étaient dans la peine, ils versèrent bien des larmes, disant :
    « Comment se rendre chez les païens et proclamer l’Évangile du Royaume du Fils de l’Homme ? Ils ne l’ont pas épargné, comment nous épargneront-ils ? »
    Alors Marie se leva, les embrassa tous et dit à ses frères :
    « Ne pleurez pas, ne soyez pas dans la peine et le doute, car sa grâce sera avec vous tout entière et vous protégera. Louons plutôt sa magnificence de nous avoir tenus prêts et faits Hommes ! »
    Cela dit, Marie retourna leurs coeurs vers le Bien et ils se mirent à commenter les paroles du Sauveur.
    Pierre dit à Marie : « Soeur, nous savons que le Sauveur t’a aimée plus que toutes les autres femmes. Dis-nous les paroles du Sauveur dont tu te souviens, que toi tu connais, mais que nous, nous ne connaissons pas ou n’avons pas entendues. »
    Marie répondit et dit : « Ce qui est caché de vous, je vais vous l’annoncer. »"

    Marie raconte alors que le Christ lui est apparu dans une vision et lui a dit : « Heureuse es-tu d’être restée inébranlable à ma vue, car là où est le nous (la fine pointe de ton âme), là est ton trésor », puis le Sauveur lui enseigna l’art de la vision ou de la gnose qui n’est ni une perception sensorielle, ni psychique, ni intellectuelle, mais un état d’ouverture de ce que les mystiques appelleront par la suite « la fine pointe de l’âme. »
    Dans cet « Ouvert », au fond de l’être, ce qu’il y a d’incréé dans l’homme ne fait qu’Un avec ce qu’il y a d’incréé en Dieu (cf. maître Eckart).
    Marie termine sa relation en disant : « Le lieu d’oubli ne dure qu’un temps; désormais, je vais atteindre le repos de la course du temps… l’éternité, en silence. »
    « Cela dit, Marie se tut, puisque le Sauveur n’avait parlé qu’avec elle jusque-là. Mais André répondit et dit : « Dites ce que vous avez à dire sur ce qu’elle a dit. En ce qui me concerne, je ne crois pas que le Sauveur ait dit cela. Ces doctrines sont en effet des idées autres. »
    Pierre répondit et parla du même genre de choses, il leur demande au sujet du Sauveur : « A-t-il parlé à une femme sans qu’on le sache, non ouvertement ? Devons-nous changer nos habitudes et écouter tous cette femme ? L’a-t-il préférée à nous ? »
    Alors Marie pleura et dit à Pierre : « Mon frère Pierre, qu’as-tu donc dans la tête ? Crois-tu que j’aie inventé cela de moi-même dans mon imagination ou que je mente à propos du Sauveur ? » Lévi répondit et dit à Pierre : « Pierre, tu as toujours été emporté. Maintenant je te vois t’acharner sur la femme comme le font les adversaires. Puisque le Sauveur l’a jugée digne, qui es-tu donc pour la rejeter ? Assurément, le Sauveur la connaît très bien. Voilà pourquoi il l’a aimée plus que nous ! Plutôt, ayons honte! et revêtus de l’Homme Parfait, partons comme Il l’a demandé et proclamons l’Évangile sans chercher à établir d’autre loi en dehors de ce que le Seigneur a dit. »"

    On reconnaît ainsi dans l’Évangile de Marie, comme dans l’Évangile de Thomas, la même difficulté pour Pierre de reconnaître la place de la femme liée d’ailleurs à la place de la gnose.
    Lévi, en écho à ce logion 114, nous invite à revêtir l’Homme Parfait, que nous soyons de sexe mâle ou femelle ; nous avons à nous laisser inspirer par le Souffle du Vivant qui nous conduits vers la Plénitude et l’intégration du masculin et du féminin.
    C’est peut-être aussi dans ce sens que nous devrions interpréter la parole de Jésus, dans l’Evangile de Matthieu : « Tous ne comprennent pas ce langage, mais ceux-là seulement à qui c’est donné :
    Il y a en effet des eunuques qui sont nés ainsi du sein de leur mère, il y a des eunuques qui le sont devenus par l’action des hommes, et il y a des eunuques qui se sont eux-mêmes rendus tels en vue du Royaume des Cieux » (Mt 19, 11 à 12).
    Pensant que celui qui disait ne faire qu’Un avec l’intelligence créatrice ne pouvait pas demander l’amputation ou la castration des créatures, la Tradition gnostique pense qu’à la place du mot « eunuque », Jésus aurait dit le mot « androgyne », mais que ce mot, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, aurait été mal compris, dans un sens trop matériel qui aboutirait à la production de « monstres » au sens biologique du terme qui ne seraient « ni hommes, ni femmes » mais un curieux mélange des deux sexes.
    Alors que ce mot « androgyne » est à prendre dans un sens spirituel d’intégration de nos polarités masculines et féminines, afin de devenir « entiers », de connaître la « Totalité » de ce que nous sommes et de devenir ainsi capables d’aimer, non à partir de notre manque, mais à partir de notre plénitude « comme le Christ lui-même nous a aimés ».
    Mais comme dit l’Évangile . « Comprenne qui pourra ! »
    Pour « pouvoir comprendre », sans doute faut-il comme nous le disait le premier logion de l’Évangile de Thomas, « nous mettre en chemin » et vérifier dans notre chair, dans notre coeur et dans notre esprit si les informations communiquées par Jésus le Vivant sont bien créatrices de l’Homme Nouveau : « à l’image et à la ressemblance du Fils Éternel » !
    Mais si ces paroles ne nous rendaient pas chaque jour un peu plus intelligents, un peu plus aimants, un peu plus vivants, qu’on les oublie et que l’Esprit nous en inspire de plus joyeuses et de plus fortes !

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose