5 juillet, 2009

019 Que pouvez-vous nous dire sur l’intelligence?

Classé dans : — unpeudetao @ 9:34

Que pouvez-vous nous dire  sur l’intelligence?

 
L’intelligence ordinaire est une fonction cérébrale. Elle se manifeste comme faculté d’adaptation et d’organisation. Elle permet de traiter des problèmes
complexes mettant en jeu une grande quantité de données. Liée aux conditionnements héréditaire et acquis du cerveau, elle fonctione dans la sérialité,
dans le temps. C’est cette sorte d’intelligence qui permet de mener à bien un calcul algébrique, de mettre en forme un raisonnement logique ou de jouer
au tennis. Fonctionnant comme un super-ordinateur, elle excelle dans l’accomplissement de tâches répétitives, et pourra peut-être un jour être surpassée
par des machines. Elle a sa source dans la mémoire, dans le connu.

 
L’intelligence intuitive se manifeste comme compréhension et clarté. Elle permet de voir la simplicité dans l’apparente complexité. Elle fulgure dans l’instant.
Toujours créatrice, libre du connu, elle est à l’origine des découvertes scientifiques et des grandes oeuvres d’art. Elle a sa source dans la suprême intelligence
de la conscience intemporelle.

 
Lorsque l’intelligence intuitive effectue un retour sur elle-même, essayant de saisir cette source, elle se perd dans l’apperception instantanée de l’intelligence
suprême. La re-connaissance de cette haute intelligence est une implosion qui détruit l’illusion que nous sommes une entité personnelle .

 
Cette re-connaissance se produit-elle indépendamment du niveau d’intelligence commune du sujet?

 
Oui. La présence d’un intense désir d’éveil est le signe certain que cette re-connaissance a eu lieu.

 
La destruction de l’ego provoquée par l’éveil est-elle graduelle ou subite?

 
Le premier instant de re-connaissance contient déjà en germe son accomplissement de même que la graine contient déjà la fleur, l’arbre et le fruit. Pendant
quelque temps encore l’ego, foudroyé par la vision encore partielle de cette intelligence,  conserve  un semblant de vie. A ce stade, l’habitude maintient
encore les anciennes identifications, mais une brèche irrémédiable s’est insinuée dans la croyance en notre existence séparée. On pourrait dire que le
coeur n’y est plus, dans tous les sens du terme. Des re-connaissances intermittentes élargissent ensuite cette brèche jusqu’au moment où l’ego, qui est
un objet perçu, s’objectivise complètement avant de se dissoudre devant nos yeux, cédant la place à l’irruption de l’ineffable.

 
A la suite de cet éveil, nous nous trouvons libre de la peur et du désir, libre de la peur parce que, ayant réintégré notre soi immortel, le spectre de
la mort nous quitte à jamais, et libre du désir parce que, connaissant la plénitude absolue de l’être, l’attraction désuète qu’exerçaient sur nous les
objets cesse spontanément. Les anciennes habitudes psychiques et corporelles qui dérivaient de la croyance antérieure en une  existence personnelle peuvent
se manifester encore pendant quelque temps, mais toute identification avec un objet pensé ou perçu est désormais impossible. Contemplées dans la neutralité
éblouissante de la conscience, ces habitudes se meurent une à une sans que leur réoccurrences temporaires déclenchent un retour de l’illusion égoïque.

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose