3 juin, 2017

Golgotha, Jean HUISLY

Classé dans : — unpeudetao @ 16:03

Qui donc là-haut gravit cette morne colline,

Les bras liés, courbé sous une lourde croix,

Mais le front rayonnant d’une splendeur divine

Telle que n’en ont pas les figures de rois ?

Et sur le haut du mont qui s’élève et s’incline,

Que voit-on se dresser comme des pieux tout droits,

Et dont l’ombre à l’entour, lugubre, se dessine ?

– Ce sont de noirs gibets et l’on en compte trois !…

L’Homme-Dieu va mourir ! – Silence, ciel et terre !

C’est le Seigneur qui va clore son Ministère

Et sceller de son sang ce qu’Il a tant rêvé…

Le soir étend son voile et le ciel devient pâle,

La plaine au loin frémit, retentit d’un long râle,

Le Grand Œuvre s’achève et le monde est sauvé !

Jean HUISLY (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose