• Accueil
  • > Hymne aux muses, Michel ABADIE

17 juin, 2014

Hymne aux muses, Michel ABADIE

Classé dans : — unpeudetao @ 9:00

Muses aux belles voix, un soir nous vous disions : L’ombre s’étend sur nous, les jours n’ont plus de charme ; Dans les cœurs sans amour et dans les yeux sans larmes Il n’est plus de vaillance, il n’est plus de rayons, Car la Beauté ne répand plus de lueurs vraies Et la foi semble morte aux cœurs morts des vivants, Depuis que vous errez, ô déesses sacrées, Au souffle impur et ténébreux des mauvais vents.

 

On honnit l’Idéal et les luths se lamentent Dans le désert d’un monde où la vérité meurt. Vous qui portez le blé des sublimes semeurs, Soufflez le vent qui crée les âmes plus aimantes ! Comme un soleil revient de son exil qui dure, Brillez dans nos clartés, nos désirs et nos deuils, Dans l’immense fragilité de notre orgueil, Puis étanchez la soif du Vrai qui nous torture.

 

Semez d’étés meilleurs les temps qui vont venir Et que votre lumière envahisse les âmes : L’harmonie et l’amour, adorables Sésames, Forceront, seuls, les portes d’or de l’avenir ! Ouatez de joie la route où vont nos pas errants Et répandez sur nos travaux et sur nos fêtes Les vivantes clartés de vos yeux adorants, Et que de votre foi notre humble vie soit faite.

 

Puisque de vous ruisselle un sang sacrifié, Faites surgir les soirs élus où l’on tressaille En confiant des chants qu’on n’osait confier ; Et bénissez les mains obscures qui travaillent. Vous laisserez tomber vos baisers apaisants Comme un arôme pur sur nos âpres tristesses Et, que l’homme soit jeune ou courbé sous les ans, Grâce à vous la Bonté deviendra son hôtesse.

 

Mais, pour fêter l’œuvre des jours, dites à l’homme D’aimer la couche heureuse où son tourment s’endort, Et l’amoureux rosier dont chaque seuil s’embaume Et le hallier qui chante avec ses sources d’or ! Et puis gardez toujours le meilleur de vous-même Pour le pauvre dont la douleur n’a point d’ami, Pour l’enfant qui sans un baiser s’est endormi, Le chemineau qui passe et que personne n’aime.

 

Prenez soin du foyer où nul feu clair ne brille, Du jardinet sans fleurs et du vallon glacé, Du vieillard qu’on délaisse et de la jeune fille Dont pleure l’âme ainsi qu’un doux oiseau blessé ! Mais, ivres de douceur, par l’antique sentier, Quand vous apporterez, ainsi que des glaneuses Dont les épis sont faits d’extase et de pitié, Le pain dont s’est nourrie l’Hellade lumineuse, Faites que des beaux fronts que sacre le laurier Naisse un monde enfiévré d’harmonieux délires. Afin que l’homme, ayant désappris de prier, Joigne ses tristes mains et prie au son des lyres ! »

 

Michel ABADIE (1866-1922).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose