• Accueil
  • > Hymne d’un mourant, Alphonse de LAMARTINE

3 mai, 2012

Hymne d’un mourant, Alphonse de LAMARTINE

Classé dans : — unpeudetao @ 2:08

 

Élève-toi, mon âme, au dessus de toi-même,
Voici l’épreuve de ta foi !
Que l’impie assistant à ton heure suprême
Ne dise pas : Voyez, il tremble comme moi !

 

La voilà cette heure suivie
Par l’aube de l’éternité,
Cette heure qui juge la vie,
Et sonne l’immortalité !

 

Oui, tu meurs ! déjà ta dépouille
De la terre subit les lois,
Et de la fange qui te souille
Déjà tu ne sens plus le poids :

 

Sentir ce poids, c’était vivre !
Et le moment qui te délivre,
Les hommes l’appellent mourir !
Tel un esclave, libre à peine,
Croit qu’on emporte avec sa chaîne
Ses bras, qu’il ne sent plus souffrir.
Ah ! laisse aux sens, à la matière,
Ces illusions du tombeau !
Toi, crois-en à ta vie entière,
À la foi qui fut ton flambeau !
Crois-en à cette soif sublime,
À ce pressentiment intime
Qui se sent survivre après toi !

 

Meurs, mon âme, avec assurance ;
L’amour, la vertu, l’espérance,
En savent plus qu’un jour d’effroi !
Triomphe donc, âme exilée ;
Tu vas dans un monde meilleur,
Où toute larme est consolée,
Où tout désir est le bonheur !
Où l’être, qui se purifie,
N’emporte rien de cette vie
Que ce qu’il a d’égal aux dieux,
Comme la cime encore obscure
Dont l’ombre décroît à mesure
Que le jour monte dans les cieux.
Encore une heure de souffrance,
Encore un douloureux adieu !
Puis, endors-toi dans l’espérance,
Pour te réveiller dans ton Dieu !

 

Tel, sur la foi de ses étoiles,
Le pilote, pliant ses voiles,
Pressent la terre sans la voir,
S’endort en rêvant les rivages,
Et trouve, en s’éveillant, des plages
Plus sereines que son espoir.

 

Alphonse de LAMARTINE (1790-1869).

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose