• Accueil
  • > Il me faut célébrer, Charles le QUINTREC

16 juin, 2012

Il me faut célébrer, Charles le QUINTREC

Classé dans : — unpeudetao @ 6:03

 

Il me faut célébrer les malheurs de l’enfance
Quand le café gelait sur la pierre de l’âtre
Que le père partait pour le champ des ilotes
La musette au pain dur ballottant sur son torse.

 

C’était dans un pays pas plus grand qu’une barque
C’était avant que Dieu ne soufflât sur la mer
C’était en ce temps-là comme dit la légende

 

Errait de par la lande un monde en déshérence
Des troupeaux glapissaient dans le fouillis des astres
Des battoirs martelaient les grotesques des mares
On jetait aux orties l’augure d’un oiseau
Parfois Dieu souriait dans l’angle des lucarnes.

 

Nous n’étions jamais seuls avec notre misère
Nous n’étions jamais nus au vivant des fougères
Vieux enfants épandus par des champs d’aube et d’herbe.

 

Charles le QUINTREC (1926-2008).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose