• Accueil
  • > Illusions lointaines, Marga DILHAN

28 mars, 2016

Illusions lointaines, Marga DILHAN

Classé dans : — unpeudetao @ 18:18

La brume étreint le parc de son enchantement ;

Les ailes et les fleurs se ferment à la terre.

Et l’étoile qui brûle au front du monastère

Est belle, dans le soir, inexprimablement…

On dirait, de la Foi, le doux rayonnement.

Dans le jardin désert, jaloux de son mystère,

Comme un grand souvenir dans un cœur solitaire

Le chant d’un rossignol monte, splendidement.

Du fond de son azur, l’astre penché l’écoute ;

Et prend cet hymne clair qui perle, goutte à goutte,

Pour un jet d’eau lointain, dans l’ombre, jaillissant.

Et l’oiseau du silence, en sa veille sublime,

Voit, dans l’étoile blanche, un lys éblouissant

Que Dieu fit fleurir là pour éclairer l’Abîme.

Marga DILHAN (XXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose