• Accueil
  • > Inconséquence du goût et de la critique des hommes qui reprochent aux femmes ce qu’ils ont provoqué, Sœur JUANA INÈS DE LA CRUZ

13 janvier, 2015

Inconséquence du goût et de la critique des hommes qui reprochent aux femmes ce qu’ils ont provoqué, Sœur JUANA INÈS DE LA CRUZ

Classé dans : — unpeudetao @ 8:38

Hommes sots qui condamnez À tort la femme, sans voir Que vous êtes l’occasion De la faute reprochée, Vous qui prenez tant de peine À mériter son dédain. Pourquoi les vouloir parfaites Quand vous les menez au mal ? Vous usez leur résistance, Après quoi, le maintien grave, Vous nommez incontinence Ce qui coûta tant d’efforts. Votre jugement hardi Est vaillant comme l’enfant Qui dresse l’épouvantail Et soudain s’en épouvante. Infatués, qui cherchez En celle que vous aimez Thaïs quand on la supplie Quand elle est tombée, Lucrèce. Ô vaine humeur incongrue De celui qui, follement, Lui-même embue son miroir Pour en regretter l’éclat ! Les faveurs ou le refus, Rien ne peut jamais vous plaire : Vous criez quand on résiste Vous vous riez quand on cède. Nulle femme n’atteindra Gracieuse renommée Si elle consent : lascive ! Si elle résiste : ingrate ! Car telle est votre sottise Que d’inégale manière Vous blâmez une cruelle Vous blâmez une légère. Quelle sera la mesure Qui fait pencher votre amour Si dédaigneuse, elle offense Et légère, elle vous fâche ? Entre souci et ennui Où votre goût vous conduit Avisée, qui ne vous aime Et plaignez-vous à la lune ! Vous affrontez mille peines Pour donner aile aux licences Les ayant rendues mauvaises, Vous les voulez angéliques. À qui la plus grande faute Dans une passion coupable À qui, priée, faiblissait, Ou qui priait de faiblir ? Oh ! qui faut-il accuser, Quel que soit le mal commis, Qui pèche pour les deniers Ou qui paie pour pécher ? Pourquoi donc vous effrayer D’un mal par vous inspiré ? Aimez celles que vous fîtes Ou faites-les autrement. Cessez donc de les tenter Et vous aurez meilleur droit De dénoncer les faiblesses De qui viendra vous prier. Que d’armes votre arrogance N’a-t-elle pas pour lutter Car votre instance ou promesse Chair et monde et diable unit.

 

Sœur JUANA INÈS DE LA CRUZ (1651-1695), religieuse mexicaine. Traduit par E. Noulet.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose