18 mai, 2012

Instants, Henry SPIESS

Classé dans : — unpeudetao @ 17:32

 

Ô ! chambre calme, toute blanche
dans un demi-jour azuré,
tes rideaux frais semblent tirés
sur quelque immuable dimanche.

 

Il y a du soleil dehors
où, tendrement, les ramiers pleurent ;
je ne sais ni le jour ni l’heure,
et chaque instant m’offre un trésor.

 

Douceur ! Apaisement ! Mains jointes !
Songes naïfs et chants lointains !
Pourquoi tant de bonheur, soudain,
malgré ces pleurs, après ces plaintes ?

 

Pourquoi, soudain, si beau, si clair,
le ciel, tragique pour tant d’âmes,
et pour moi seul tout ce dictame,
et pour tant d’autres tout l’enfer ?

 

Henry SPIESS (1876-1940), avocat et poète suisse.

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose