• Accueil
  • > J’entendis un matin.. Francis JAMMES

9 décembre, 2014

J’entendis un matin.. Francis JAMMES

Classé dans : — unpeudetao @ 9:34

J’entendis un matin, au milieu de l’Hiver, Le bruit que fait l’insecte en Août sous les couverts. C’était la noce et les thèmes stridents du fifre Que le ménétrier note à note déchiffre.

 

L’air, à présent, semblait balbutier des mots Ou copier la cigale au cœur des noirs ormeaux. Jamais la fiancée n’avait été si belle : Son voile éblouissait comme une pluie de grêle.

 

Elle donnait le bras au maître et s’avançait : Telle une barque en fête arbore des bouquets. Le fiancé suivait. La joie sur sa figure Brillait comme une fleur à la neuve verdure.

 

La montagne dressait, ainsi que fait la mer, Des flots bleus aux sommets de neige recouverts. Des enfants qui semblaient former un groupe d’anges Faisaient rouler devant l’église des oranges.

 

Frères des papillons, se posèrent leurs yeux Sur un si beau cortège. Ils laissèrent leur jeu. Ces ruches en rumeur, les cloches catholiques, Aux cigales du fifre envoyaient la réplique.

 

Tous étaient maintenant dans l’éternel vaisseau Dont la voile à son mât est un Christ en lambeaux. Ce vaisseau emportait vers la béatitude Ces passagers en qui vivait la Certitude.

 

Les époux se tenaient inclinés de l’avant, Saisis par le frisson d’un mystérieux vent. Prés d’eux, habituée à la tâche qui prie, L’aïeule offrait à Dieu l’humble lin de sa vie.

 

Le gouvernail dans ses doigts joints, tendant au ciel, À l’arrière, je vis le pauvre de Noël. Venez, Seigneur, venez bénir les épousailles De ceux que Vous aimez, qui dans l’ombre travaillent.

 

Venez, Seigneur. Pour eux descendez ici-bas. Car Vous Vous abaissez où l’homme n’atteint pas. Un roi ne bouge point quand un prince l’appelle ; Mais Vous, il Vous suffit qu’un mendiant Vous hèle ; Vous arrivez sans gloire ainsi qu’un laboureur, Et Vos pieds sont blessés. Vos mains et Votre cœur. Mais Vous n’avez pour nous qu’un sourire ineffable ; Rabboni ! Vous Vous asseyez à notre table.

 

Venez, Seigneur. Ouvrez les urnes de l’amour Sur ces fronts couronnés du hâle des labours. Considérez ces gens qui pétrirent la terre Que Vous avez créée, Vous, l’Esprit et le Père.

 

Ils en ont fait sortir toutes sortes de fruits, Leur foi n’a point douté du Ciel qui les produit. Venez, Seigneur. Voici : dans cette pauvre argile, Des hommes germeront, fils de votre Évangile.

 

Francis JAMMES (1868-1938).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose