• Accueil
  • > Kasab De Mazar (Conte soufi)

7 mai, 2012

Kasab De Mazar (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 14:33

 

      Sheikh Kasab de Mazar, de passage à Mossoul, entra dans une mosquée. Un religieux haranguait une nombreuse assemblée. Il faisait la morale aux gens, les exhortait à accomplir de bonnes actions.
      Voyant Kasab prendre place, il s’écria :
      « Et je ne saurais trouver meilleure conclusion à mes observations que de dire mon ferme espoir que Kasab l’hérétique s’amendera et ne profitera pas de son séjour ici pour semer la zizanie entre nous ! Bien sûr, il prétendra dire la vérité ! »
      Kasab se leva et dit :
      « Demain, dans le centre de la ville, je prononcerai des paroles hypocrites pour que tous entendent. Ceux qui ne souhaitent pas être pervertis peuvent s’abstenir de venir, à moins qu’ils ne soient assez purs pour supporter mes abominations, grâce aux efforts constants déployés par ce religieux en faveur de la vérité. »
      Le lendemain une foule complète s’était rassemblée pour entendre Kasab.
      Il commença par ces mots :
      « Je suis venu vous parler pour votre bien. »
      Quelqu’un demanda :
      « Est-ce là une assertion hypocrite ?
      – Oui, c’est une assertion hypocrite, dit Kasab, si elle est avancée par quelqu’un qui n’a qu’un désir : faire parler de lui. »
      Il poursuivit :
      « Je ferai maintenant une autre déclaration hypocrite. Celle-ci : « Vous devez faire le bien, puisque vous savez tous ce qui est bien et ce qui est mal. »"
      Une autre voix s’éleva de la foule :
      « Pourquoi cette déclaration est-elle mal fondée ?
      – Parce que, dit Kasab, les gens ne savent pas ce qu’est le bien : tout homme intelligent sait cela. On leur a dit que ceci est bien, et que cela est mal, c’est tout ce qu’ils savent. »
      Il dit alors :
      « Voici d’autres paroles hypocrites : « Cet homme est bon », « Cet homme est mauvais », « Il faut suivre son exemple », « Il faut le fuir », quand ces mots veulent dire en fait : « Je l’aime bien », ou « Je ne l’aime pas », « J’ai besoin de croire en lui », ou « Je ne veux pas croire en lui ». »
      Puis il dit :
      « Quelqu’un désire-t-il entendre d’autres paroles hypocrites ? »
      Aucune voix ne s’éleva de la foule.

 

*****************************************************

 

3 réponses à “Kasab De Mazar (Conte soufi)”

  1. unpeudetao dit :

    La souveraineté est un grand courant d’air frais.
    Hariri.

  2. unpeudetao dit :

    La satisfaction est un trésor qui ne s’altère pas.
    Proverbe.

  3. unpeudetao dit :

    Le cœur des nobles est le tombeau des confidences.
    Proverbe.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose