• Accueil
  • > L’Ange des charités, Alexandre SOUMET

25 janvier, 2012

L’Ange des charités, Alexandre SOUMET

Classé dans : — unpeudetao @ 6:44

 

Blanche Vierge, bénie entre toutes les femmes,
Encensoir d’or portant tous les parfums des âmes,
Cèdre dont l’esprit saint atteint seul la hauteur,
Couche embaumée où dort le soleil rédempteur,
Gerbe de pur froment, et de lis entourée,
Vigne dont chaque larme est une perle ambrée,
Colombe se baignant dans un torrent de feu,
Myrte ombrageant l’amour, quand l’amour vit en Dieu,
Rose ouvrant son calice à l’âme fugitive,
Cloître sanctifié de la pudeur native,
Montagne de rubis d’où le jour se répand,
Phare que sur ses flots l’éternité suspend !

 

Ô Reine !!! tes clartés jamais ne se tarissent,
Tous les dons de ton fils entre tes mains fleurissent ;
Les plus beaux des élus accourent à la fois,
Pour prendre à tes genoux un ordre de ta voix ;
Et ton sourire glisse à travers leurs phalanges,
Comme un rayon d’amour sur la blancheur des anges.
Mais, quand s’ouvre pour tous l’Éden illimité,
Qui consoleras-tu dans la félicité ?
Et sur qui tomberont tes trésors de puissance,
Où tu n’as qu’à bénir ? la paix et l’innocence ?

 

Quand la terre existait, tes regards attentifs
Suivaient les pas errants de tes fils adoptifs ;
Et, bien loin des concerts de la céleste voûte,
Tu comptais, avec nous, les soupirs de la route,
Et tu nous envoyais l’ange des charités,
Lui disant : – « Va, descends vers les cœurs attristés ;
« Prends pour eux mes trésors de vie et de lumière,
« Tu n’épuiseras pas la pitié de leur mère.
« Va !.. pour les consoler nous prierons tous les deux ;
« Je serai près de toi, quand tu seras près d’eux.
« Sur la mer écumante, à l’heure des naufrages,
« Jette, pour les calmer, mon doux nom aux orages ;
« Sauve le matelot pour que, le lendemain,
« Il m’aperçoive en rêve, une palme à la main.
« Adoucis aux pasteurs la pente des collines,
« Et promets-moi pour mère aux âmes orphelines ;
« Et ne quitte jamais ce voile blanc, béni,
« Pour abriter l’oiseau qui tombe de son nid.
« Ce qu’il te faut de grâce, ange, je te l’accorde ! »
Et l’ange, tout brillant de ta miséricorde,
Venait, médiateur que ton souffle animait,
Épancher plus de dons que l’espoir n’en promet ;
Prolonger dans nos cœurs ses veilles fraternelles,
Blanchir notre horizon de l’aube de ses ailes,
Et verser sur nos maux, à toute heure, en tout lieu,
De chastes pleurs empreints de l’essence de Dieu.

 

Alexandre SOUMET (1788-1845).

 

*****************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose