• Accueil
  • > L’étoile du marin, Casimir HULÉWICZ

6 août, 2013

L’étoile du marin, Casimir HULÉWICZ

Classé dans : — unpeudetao @ 17:27

Océan ! Océan ! – je te crains et je t’aime ;
J’aime ton grand repos et ton courroux suprême,
L’azur diamanté de tes vastes déserts
Et l’ouragan qui court sur les gouffres ouverts.
Je t’aime ; – emporte-moi sur ta lame d’albâtre,
Avec les alcyons vers l’horizon bleuâtre,
Vers les pays rêvés.. – Sur tes flots radieux
Je puis quitter la terre et m’approcher des cieux..

 

L’air me paraît plus pur, l’Immensité plus grande !
Sous le ciel assombri du golfe de Finlande,
Où les côtes du Nord, portant toujours le deuil,
Se baignent dans des eaux tristes comme un cercueil,
Un canot louvoyait, luttait contre l’orage,
Sans rames, sans boussole – et pour tout équipage
N’avait que trois marins très jeunes, mais hâlés
Déjà par les autans. Sur les flots isolés
La barque faisait peine à voir : sa voile grise
Tremblotait sous le vent, rapiécée et mal mise.
Ils se sentaient perdus à treize nœuds du port,
Et l’abîme, sous eux, réfléchissait la mort.

 

Rien, – et pas de fanal pour éclairer la route ; –
Une étoile, une seule, égayait cette voûte
Plus noire que la nuit. Le marin est pieux :
Dans sa vie agitée, une suite d’adieux,
Toujours prêt à mourir, en quittant la patrie,
Il prend le médaillon de la Vierge Marie,
Un souvenir touchant des plus chères amours,
Une fleur quelquefois, – la Madone toujours !

 

Ils étaient à genoux dans l’étroite nacelle :
Étoile, disaient-ils, flamme douce et fidèle,
Daignez ouïr nos chants, notre accent enfantin ;
Soyez notre salut, étoile du marin !
Étoile qui brillez sur le front de la Vierge
Et dans la nuit du temps demeurez comme un cierge,
Phare miraculeux, astre lointain et beau,
Pour une âme croyante admirable flambeau,
Portez à la Meilleure entre les Excellentes
Les mots les plus aimés des prières ferventes
Et dites-Lui qu’ici, – résignés et sans peur,
Ayant la foi, l’amour et l’espérance au cœur,
Esseulés sur les flots, et dans une avarie,
Trois hommes en détresse ont murmuré : Marie !

 

Quand ils eurent fini, le vent souffla moins fort :
La vague rebondit dans un dernier effort,
S’aplatit et mourut sur les rocs de la plage,
Et la mer se calma sous un ciel sans nuage.

 

Casimir HULÉWICZ (XIXe siècle).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose