• Accueil
  • > L’inconnue, Alfred MORTIER

13 mai, 2013

L’inconnue, Alfred MORTIER

Classé dans : — unpeudetao @ 12:05

Suis-je belle ? On le croit. Moi-même je l’ignore,
Car je n’ai jamais vu de lac ni de miroir.
Quelques mortels m’ont dit : « Je te cherche et t’adore. »
Qu’en savent-ils ? Nul d’eux encor n’a pu me voir.

 

Au centre d’un grand temple, au fond d’un labyrinthe,
Bien souvent j’entendis les pas de ces errants
Qui poussaient des soupirs d’espérance ou de crainte
Mêlés à des propos fougueux et délirants.

 

Les dieux d’un voile épais ont caché mon visage ;
Hermès a fait trois fois le tour de mes cheveux.
Ce qu’ordonnent les dieux n’est-il pas toujours sage ?
Zeus peut-il se tromper lorsqu’il a dit : « Je veux » ?

 

C’est de lui que je tiens la clef du haut mystère,
Et je garde ce temple, où dorment ses secrets
Comme d’obscurs joyaux ensevelis sous terre.
Ils seront à celui qui connaîtra mes traits.

 

Et mon âme et mon corps seront aussi la proie
De celui qui pourra soulever mon bandeau.
Sereine, je l’attends pour la force et la joie
Offerts à son délire en suprême cadeau.

 

Car je sais le retour des effets et des causes,
Je connais ta science et du bien et du mal,
Les rythmes, les rapports et les métempsycoses,
Le sourd cheminement du sable à l’animal.

 

J’ai pénétré le sens de la danse des astres,
J’entends parmi l’éther sonner l’heure d’airain
À l’horloge où Kronos, dédaigneux des désastres,
A marqué leur arrêt de son doigt souverain.

 

Pourtant, du fond de l’ombre, une voix prophétique
Me prédit que jamais le héros mérité
Ne violera ma solitude pathétique
Ni la stérile ardeur de ma virginité.

 

Nul ne peut soulever mon voile et vivre encore ;
Quiconque m’aperçoit doit périr à l’instant.
Le dur Destin renverse et la torche et l’amphore,
Le portail de la mort s’ouvre à double battant.

 

Or, depuis ce soir-là, soir fatal et funèbre,
Je pleure sur moi-même et je plains les humains
D’espérer arracher mon voile de ténèbre
Et de tendre vers moi leurs palpitantes mains.

 

Je ressens leur amour, leur fière nostalgie,
Leur soif de sacrifice et leur doute éternel ;
Je voudrais leur crier qu’en me donnant leur vie
Ils en enrichiront l’univers fraternel.

 

Mais tout m’est interdit, parole, geste, ou signe ;
Sous mon triple bandeau sentent-ils seulement
Le feu de mon regard, qui de leur fièvre insigne
Voudrait mieux éclairer le sombre égarement ?

 

Et toujours je verrai leur haletant génie,
J’entendrai sans répit leurs pas et leurs appels
Résonner vainement dans l’attente infinie
D’usurper dans mes bras les secrets immortels.

 

Alfred MORTIER (1865-1937).

 

*****************************************************

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose