• Accueil
  • > La Bible, Louis-Marcelin de FONTANES

16 avril, 2014

La Bible, Louis-Marcelin de FONTANES

Classé dans : — unpeudetao @ 16:39

Qui n’a relu souvent, qui n’a point admiré Ce livre par le Ciel aux Hébreux inspiré ? Il charmait à la fois Bossuet et Racine. L’un, éloquent vengeur de la cause divine, Semblait, en foudroyant des dogmes criminels, Du haut de Sinaï tonner sur les mortels ; L’autre, de traits plus fiers ornant la tragédie, Portait Jérusalem sur la terre agrandie. Rousseau saisit encor la harpe de Sion, Et son rythme pompeux, sa noble expression L’éleva quelquefois jusqu’au chant des prophètes. Imitez cet exemple, orateurs et poètes : L’enthousiasme habite aux rives du Jourdain, Aux sommets du Liban, sous les berceaux d’Éden. Là, du monde naissant vous suivez les vestiges, Et vous errez sans cesse au milieu des prodiges.

 

Dieu parle, l’homme naît : après un court sommeil Sa modeste compagne enchante son réveil. Déjà fuit son bonheur avec son innocence. Le premier juste expire : ô terreur ! ô vengeance ! Un déluge engloutit le monde criminel. Seul et se confiant à l’œil de l’Éternel, L’arche domine en paix les flots du gouffre immense, Et d’un monde nouveau conserve l’espérance. Patriarches fameux, chefs du peuple chéri, Abraham et Jacob, mon regard attendri Se plaît à s’égarer sous vos paisibles tentes : L’Orient montre encor vos traces éclatantes, Et garde de vos mœurs la simple majesté. Au tombeau de Rachel je m’arrête attristé, Et tout à coup son fils vers l’Égypte m’appelle. Toi, qu’en vain poursuivit la haine fraternelle, Ô Joseph ! que de fois se couvrit de nos pleurs La page attendrissante où vivent tes malheurs ! Tu n’es plus ! Ô revers ! près du Nil amenées, Les fidèles tribus gémissent enchaînées. Jéhovah les protège ; il finira leurs maux. Quel est ce jeune enfant qui flotte sur les eaux ? C’est lui qui des Hébreux finira l’esclavage. Fille des Pharaons, courez sur le rivage ; Préparez un abri, loin d’un père cruel, À ce berceau chargé des destins d’Israël. La mer s’ouvre ; Israël chante sa délivrance. C’est sur ce haut sommet qu’en un jour d’alliance Descendit avec pompe, en des torrents de feu, Le nuage tonnant qui renfermait un Dieu. Dirai-je la colonne et lumineuse et sombre, Et le désert témoin de merveilles sans nombre, Aux murs de Gabaon le soleil arrêté, Ruth, Samson, Déborah, la fille de Jephté, Qui s’apprête à la mort, et parmi ses compagnes, Vierge encor, va deux mois pleurer sur les montagnes ? Mais les Juifs aveuglés veulent changer leurs lois : Le Ciel, pour les punir, leur accorde des rois. Saul règne : il n’est plus ; un berger le remplace ; L’espoir des nations doit sortir de sa race. Le plus vaillant des rois du plus sage est suivi. Accourez, accourez, descendants de Lévi, Et du temple éternel venez marquer l’enceinte. Cependant dix tribus ont fui la cité sainte : Je renverse en passant les autels des faux dieux ; Je suis le char d’Élie emporté dans les cieux. Tobie et Raguel m’invitent à leur table : J’entends ces hommes saints dont la voix redoutable, Ainsi que le passé, racontait l’avenir. Je vois au jour marqué les empires finir. Sidon, reine des eaux, tu n’es donc plus que cendre ! Vers l’Euphrate étonné quels cris se font entendre ? Toi qui pleurais, assis prés d’un fleuve étranger, Console-loi, Juda, tes destins vont changer : Regarde cette main, vengeresse du crime, Qui désigne à la mort le tyran qui t’opprime. Bientôt Jérusalem reverra ses enfants : Esdras et Macchabée, et ses fils triomphants, Raniment de Sion la lumière obscurcie. Ma course enfin s’arrête au berceau du Messie.

 

Louis-Marcelin de FONTANES (1757-1821).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose