• Accueil
  • > La Boutique du Marchand de Lampes (Conte soufi)

13 septembre, 2011

La Boutique du Marchand de Lampes (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 1:56

     Deux hommes se rencontrent dans une rue déserte par une nuit sans lune.
     « Je cherche une boutique située non loin d’ici, qui s’appelle « La Boutique du Marchand de Lampes », dit le premier.
     – Il se trouve que j’habite près d’ici, je peux t’en indiquer le chemin, dit le second.
     – Je devrais pouvoir la trouver tout seul : on m’a donné toutes les indications nécessaires, et je les ai notées.
     – Alors, pourquoi m’en parles-tu ?
     – Histoire de parler.
     – Ainsi, tu veux une compagnie, pas des indications.
     – Oui, je pense que c’est ça.
     – Tu es arrivé jusqu’ici. Ne serait-il pas plus simple maintenant de suivre les indications d’un habitant des lieux, d’autant que, à partir d’ici, les choses deviennent difficiles.
     – J’ai confiance dans les indications qui m’ont été données : elles m’ont conduit jusqu’ici. Je ne suis pas sûr de pouvoir me fier à quelque chose ou à quelqu’un d’autre.
     – Ainsi, celui dont tu tiens tes premières informations, et à qui tu te fies, ne t’a pas appris comment savoir à qui te fier ?
     – C’est bien ça.
     – As-tu un autre but ?
     – Non, je veux seulement trouver la Boutique du Marchand de Lampes.
     – Peux-tu me dire pourquoi tu cherches une boutique de lampes ?
     – Parce que je tiens de source sûre qu’on y trouve des appareils qui permettent de lire dans le noir.
     – Tu as raison, mais il y a une condition préalable, et une information. Je me demande si tu y as pensé.
     – De quelle condition et de quelle information parles-tu ?
     – Pour pouvoir lire à l’aide d’une lampe, tu dois déjà savoir lire.
     – Tu ne peux pas me le prouver !
     – Certainement pas par une nuit sans lune.
     – Et l’ »information », quelle est-elle ?
     – La voici : la Boutique du Marchand de Lampes est encore là où elle a toujours été, mais les lampes ont été transportées quelque part ailleurs.
     – Je ne sais pas à quoi ça ressemble une « lampe », mais où pourrais-je en trouver une sinon à la Boutique de Lampes ? Après tout, c’est pour ça qu’on l’appelle « Boutique de Lampes » !
     – Oui, mais l’appellation « Boutique de Lampes » peut avoir deux sens différents et opposés. Cela peut vouloir dire « un lieu où l’on peut se procurer des lampes », ou bien « un lieu où l’on en trouvait autrefois mais où il n’y en a plus aujourd’hui ».
     – Tu ne peux pas me le prouver !
     – Sais-tu que beaucoup de gens pourraient te prendre pour un idiot ?
     – C’est toi que beaucoup de gens pourraient traiter d’idiot, même si tu n’en es sans doute pas un. Tu as probablement une arrière-pensée : m’envoyer, par exemple, chez un marchand de lampes de tes amis ; ou m’empêcher de posséder une lampe.
     – Je suis pire que tu ne penses. Au lieu de te promettre des « Boutiques de Lampes » et de te laisser croire que tu y trouverais la réponse à tes problèmes, je voulais tout d’abord déterminer si tu savais lire ; et si la boutique dont tu t’approchais contenait des lampes ; ou si l’on ne pourrait pas te procurer une lampe par un autre moyen. »
     Les deux hommes se regardent un instant tristement. Et chacun se remet en chemin.

 

*****************************************************

 

 

Une réponse à “La Boutique du Marchand de Lampes (Conte soufi)”

  1. unpeudetao dit :

    L’auteur de cette histoire, Shaikh-Pir Shattari, est mort en Inde en 1632. Son tombeau se trouve à Meerut.
    On dit qu’il est en contact télépathique avec « les maîtres passés, présents et futurs », et transmet leur message au moyen d’histoires qui s’inspirent de la vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose