24 avril, 2012

La charge (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 3:33

 

      Un bédouin cheminait, monté sur un chameau chargé de blé. En route, il rencontra un homme qui lui fit mille questions sur son pays et ses biens. Puis, il lui demanda en quoi consistait la charge de son chameau.
      Le bédouin montra les deux sacs qui pendaient de part et d’autre de la selle de sa monture :
      « Ce sac est plein de blé et celui-ci plein de sable ! »
      L’homme demanda :
      « Y a-t-il une raison pour que tu fasses ainsi porter du sable à ton chameau ? »
      Le bédouin :
      « Non. C’est uniquement pour équilibrer la charge. »
      L’homme dit alors :
      « C’eût été préférable de répartir le blé entre les deux sacs. De cette manière, la charge de ton chameau aurait été moins lourde.
      Tu as raison ! s’exclama le bédouin, tu es un homme dont la finesse de pensée est grande. Comment se fait-il que tu ailles ainsi à pied ? Monte sur mon chameau et dis-moi : pour être si intelligent, n’es-tu pas un sultan ou un vizir ?
      – Je ne suis ni vizir ni sultan, dit l’homme. N’as-tu pas vu mes habits ? »
      Le bédouin insista :
      « Quelle sorte de commerce pratiques-tu ? Où est ton magasin ? ta maison ?
      – Je n’ai ni magasin ni maison, répliqua l’homme.
      – Combien possèdes-tu de vaches et de chameaux ?
      – Pas un seul !
      – Alors, combien d’argent possèdes-tu ? Car tu as une intelligence telle qu’elle peut, comme l’alchimie, transformer le cuivre en or.
      – Sur mon honneur, je n’ai même pas un morceau de pain à manger. Je vais nu-pieds, en haillons, en quête d’un peu de nourriture. Tout ce que je sais, toute ma sagesse et ma connaissance, tout cela ne m’apporte que maux de tête ! »
      Le bédouin lui dit alors :
      « Va-t’en ! Éloigne-toi de moi ! Afin que la malédiction dont tu es l’objet ne retombe pas sur moi. Laisse-moi partir de ce côté et toi, prends l’autre direction. Il vaut mieux équilibrer le blé par du sable que d’être si savant et si infortuné. Mon idiotie m’est sacrée. Dans mon coeur et dans mon âme est la joie de la certitude ! »

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose