• Accueil
  • > La chartreuse de Pesio, Comtesse de CHAMBRUN

4 novembre, 2016

La chartreuse de Pesio, Comtesse de CHAMBRUN

Classé dans : — unpeudetao @ 20:38

Il vaut mieux à jamais ignorer la lumière

Dont le rayon nous éblouit,

Plutôt que d’entrevoir sa clarté passagère

Et de retomber dans la nuit.

Plus sombre en est le ciel, et noire l’avenue

Illuminée un seul instant,

Quand l’éclatante flèche a traversé la nue

Et qu’a disparu l’astre errant.

Le poète l’a dit : « Il n’est pire souffrance… »

Et je le redis avec lui :

Bien plus profonde encore est la désespérance

Après que l’espérance a lui.

Aussi, bientôt lassé, la marche défaillante,

Je tomberais sur le chemin,

Si, bien loin dans la nuit, une étoile tremblante

Ne souriait au pèlerin.

Est-ce déjà le ciel, est-ce encore la terre ?

Quand l’atteindrai-je ? Je ne sais ;

Mais elle me suffit ; tout meurt, tout est mystère,

Dieu reste, – et c’est assez.

Comtesse Marie de CHAMBRUN (1876-1951).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose