• Accueil
  • > La chique de Bétel (Conte vietnamien)

4 avril, 2014

La chique de Bétel (Conte vietnamien)

Classé dans : — unpeudetao @ 9:39

Jadis, sous le règne du roi Hùng Vuong IV, vivaient deux frères jumeaux, Cao Tân et Cao Lang. Ils se ressemblaient tellement qu’il était difficile de les distinguer. Ils suivaient les cours d’un vieux maître du village qui avait une fille unique dont la beauté recueillait tous les hommages de tous les jeunes de la région. Le vieux maître se prit d’affection pour les deux. Il désirait accorder la main de sa fille à l’un d’eux, de préférence l’aîné car selon la coutume viêtnamienne, l’aîné se mariait le premier. Pour arriver à les distinguer, il eut recours à un petit subterfuge en les invitant à diner chez lui. Le premier à prendre les baguettes serait l’aîné. Ce fut ainsi que Cao Tân reçut la main de sa fille sans se douter que son cadet vouait à cette dernière un ardent amour. Ils continuaient à vivre ensemble dans une harmonie complète et connaissaient un bonheur sans faille. Cao Tân n’en continuait pas moins à aimer son cadet comme avant et faisait tout pour rendre ce dernier plus heureux. Mais celui-ci, malgré cela, n’arriva pas à refouler les peines de son coeur. Il décida de les quitter et s’adonna à l’aventure. Après tant de jours de marche, il finit par tomber d’épuisement sur la route et fut transformé en un bloc de calcaire d’un blanc immaculé. L’aîné, pris d’une inquiétude grandissante pour son frère partit à sa recherche. Il suivit le même chemin pris par son cadet. Un beau matin, après tant de jours de marche, il arriva près du bloc calcaire, s’y assit et succomba d’inanimation. Il fut métamorphosé en un bel arbre haut avec des palmes vertes et des petits fruits oblongs. L’arbre commença à étendre sa ramure et son ombre au dessus de l’amas calcaire comme pour le protéger des intempéries. Restée sans nouvelles de son mari, la jeune femme, quitta à son tour, la maison et se mit en quête de son époux. Elle parcourut des champs et des prairies, traversa des villages et arriva enfin un jour tout près de l’arbre. Fatiguée par la marche, elle s’adossa au pied de l’arbre, mourut à son tour et fut changée en une plante dont les lianes s’enroulèrent autour du tronc de l’arbre avec de larges feuilles d’un vert intense en forme de coeur.

 

C’est l’une des coutumes viêtnamiennes qu’il faut respecter lors de la fête de mariage. Il y a toujours du bétel, des noix d’arec et des feuilles d’un vert intense en forme de coeur qui font partie des cadeaux de mariage et qui symbolisent l’union éternelle.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose