• Accueil
  • > La dame des eaux ou LA TOUR DE CORDOUAN, M. LORRANDO

15 janvier, 2014

La dame des eaux ou LA TOUR DE CORDOUAN, M. LORRANDO

Classé dans : — unpeudetao @ 14:57

« DAMOISELLE du haut parage, « Délivré des fers du soudan, « Je vous apporte un doux message « Du beau Lois de Cordouan. « Si le Seigneur daigne sourire « Aux vœux d’un amour mutuel ; « Bientôt vous verrez son navire « Devant votre antique châtel. »

 

À ces mots, d’Élisène émue Le front s’est couvert de rougeur : « Que Dieu bénisse ta venue, « Pèlerin ; tu ravis mon cœur ! « À la chapelle du rivage « J’irai, pleine d’un saint transport, « De la Vierge invoquer l’image, « Pour qu’un bon vent le mène au port. »

 

Et le lendemain, dès l’aurore, Élisène était à l’autel. « Ô Vierge, c’est toi que j’implore ! « Guide la nef du damoisel ! « Naguère dans la Palestine « Il a combattu pour ton fils : « Étends sur lui ta main divine, « Et calme les flots ennemis ! »

 

Mais le jour fuit, la foudre gronde, Les vents mugissent, et l’éclair Lui montre une nef vagabonde Qui roule sur la vaste mer. Que deviens-tu, triste Élisène, Quand, à ses rapides lueurs, Tu vois flotter sur la misaine L’enseigne où brillent tes couleurs ? Hélas ! vers la dame éperdue Le bien-aimé tendait les bras, Lorsque la nef, des flots battue, Sur les rocs se brise en éclats. Vainement à l’onde en furie Il cherche à disputer ses jours ; Aux yeux d’Élisène qui prie, La mer l’engloutit pour toujours.

 

Depuis, la Vierge en sa mémoire Nourrit de profondes douleurs ; Et seule, dans son oratoire, Elle n’a de goût qu’à ses pleurs.

 

Enfin, succombant à sa peine Et soumise aux décrets du sort, À ses femmes la châtelaine Dicta ce testament de mort.

 

« Je veux que sur le roc funeste « Où mon amant perdit le jour, « Un phare désormais atteste « Et son naufrage et mon amour ; « Je veux qu’au milieu des tourmentes, « Guidant la nef prête à périr, « Il préserve d’autres amantes « Du destin qui me fait mourir. « Là, que ma cendre malheureuse « Repose au bruit de l’Océan, « Et que cette tour lumineuse « Porte le nom de Cordouan ; « Qu’un prêtre en surveille les flammes « Avec un soin religieux, « Et toutes les nuits, pour nos âmes. « Élève sa prière aux cieux. »

 

Elle mourut bientôt : son ombre, D’un long voile traînant les plis, Vint s’assurer, dans la nuit sombre, Que tous ses vœux étaient remplis. Souvent, au milieu des orages, Elle aime à suivre les vaisseaux, Et les marins de ces parages La nomment la Dame des Eaux.

 

M. LORRANDO (Une ancienne tradition, qui s’est conservée parmi les habitants du Verdon, dans le Bas-Médoc, a donné l’idée de cette romance).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose