• Accueil
  • > La fête des morts, Dominique ROUQUETTE

24 janvier, 2016

La fête des morts, Dominique ROUQUETTE

Classé dans : — unpeudetao @ 12:50

Le soleil pâlissant du pluvieux automne

À l’humide horizon d’un ciel terne et blafard

S’éteint ; et sur Paris, océan qui bourdonne,

S’abaissent, en tous lieux, des trombes de brouillard.

Seul errant au hasard, la tristesse dans l’âme,

D’un œil morne et glacé, j’observe tour à tour,

Ainsi qu’un brick géant en panne, Notre-Dame

Dans la nue enfouie avec sa double tour,

L’immense Panthéon dont ruisselle le dôme,

L’Institut ardoisé d’où tombe et filtre l’eau,

Et le grave Empereur, sur la place Vendôme,

Debout, comme autrefois dans la brume d’Eylau.

Sous les arbres pleurant dans l’atmosphère grise,

Au désert Luxembourg, solitaire, rêvant,

Je m’arrête inquiet, j’écoute… chaque église

Mêle son glas funèbre aux longs soupirs du vent.

C’est la Fête des Morts !… Pensif je me recueille

Au banc de pierre assis, et le front dans la main :

Hélas ! arbres d’un jour et que le temps effeuille,

Nous semons de débris son lugubre chemin !

C’est la Fête des Morts !… Que je vous porte envie

Ô Morts ! dormez, dormez dans l’éternel repos ;

Dans le port abrités, naufragés de la vie,

Dormez ; à nous encor la tourmente et les flots !

Qu’importe ? Relevons nos fronts calmes, tranquilles !

Par l’ouragan bercés, prions silencieux ;

Sur l’orageuse mer laissons courir nos quilles :

Un rayon brille au loin… c’est le phare des cieux !

Que de l’humanité l’aventureuse flotte

Sur l’abîme grondant cingle avec majesté !

Courage, matelots ! Dieu nous sert de pilote :

Un jour nous jetterons l’ancre à l’Éternité !

 

Dominique ROUQUETTE (1810-1890), poète louisianais.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose