• Accueil
  • > La grand-mère, Victor HUGO

27 mars, 2013

La grand-mère, Victor HUGO

Classé dans : — unpeudetao @ 4:55

« Dors-tu ?.. réveille-toi, mère de notre mère !
« D’ordinaire, en dormant, ta bouche remuait ;
« Car ton sommeil souvent ressemble à ta prière.
« Mais, ce soir, on dirait la madone de pierre ;
« Ta lèvre est immobile, et ton souffle est muet.
« Pourquoi courber ton front plus bas que de coutume ?
« Quel mal avons-nous fait pour ne plus nous chérir ?
« Vois, la lampe pâlit, l’âtre scintille et fume ;
« Si tu ne parles pas, le feu, qui se consume,
« Et la lampe, et nous deux, nous allons tous mourir !
« Tu nous trouveras morts près de la lampe éteinte.
« Alors, que diras-tu quand tu t’éveilleras ?
« Tes enfants, à leur tour, seront sourds à ta plainte.
« Pour nous rendre la vie, en invoquant ta sainte,
« Il faudra bien longtemps nous serrer dans tes bras !

 

« Dieu ! que tes bras sont froids ! rouvre les yeux.. Naguère,
« Tu nous parlais d’un monde où nous mènent nos pas,
« Et de ciel, et de tombe, et de vie éphémère ;
« Tu parlais de la mort.. Dis-nous, ô notre mère !
« Qu’est-ce donc que la mort ?.. Tu ne nous réponds pas ! »
Leur gémissante voix longtemps se plaignit seule.
La jeune aube parut sans réveiller l’aïeule.
La cloche frappa l’air de ses funèbres coups ;
Et, le soir, un passant, par la porte entr’ouverte,
Vit, devant le Saint Livre et la couche déserte,
Les deux petits enfants, qui priaient à genoux.

 

Victor HUGO (1802-1885).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose