• Accueil
  • > La joie du Seigneur, c’est le Seigneur lui-même, Maître Eckhart

22 avril, 2012

La joie du Seigneur, c’est le Seigneur lui-même, Maître Eckhart

Classé dans : — unpeudetao @ 11:18

 

     Ce qu’est la joie du Seigneur, personne ne peut le comprendre. Ayez toutefois quelque idée à ce sujet. La joie du Seigneur, c’est le Seigneur lui-même et aucun autre, et le Seigneur est un intellect vivant, essentiel et étant, qui se comprend lui-même et vit lui-même en lui-même et pareil à lui-même. Pour cela, je ne lui ai attribué aucun mode, mais je lui ai ôté tous les modes, car lui-même est mode sans mode, et il vit et il est heureux de ce qu’il est. Telle est la joie du Seigneur et c’est le Seigneur lui-même. Le blanc n’est pas le noir, et de même le quelque chose n’est pas néant. Néant est ce dont on ne peut rien ôter ; quelque chose est ce dont on peut ôter quelque chose ; il en est tout à fait ainsi de Dieu. Ce qui est quelque chose cela est en même temps en Dieu ; cela n’a pas d’être (en soi). Quand l’âme est unie à Dieu, elle trouve en lui tout ce qui est pourvu d’être, en toute perfection. Là, l’âme s’oublie elle-même comme elle est en elle-même, et oublie toutes choses, quand elle est en elle-même, s’éveillant divine en Dieu comme il est en elle. Et elle s’aime tellement en lui à qui elle est unie sans différence qu’elle n’a besoin de rien excepté lui et elle trouve sa joie en lui. Que veut-elle donc désirer ou savoir de plus ?

 

Maître Eckhart (1260-1327).

 

*****************************************************

 

 

Une réponse à “La joie du Seigneur, c’est le Seigneur lui-même, Maître Eckhart”

  1. unpeudetao dit :

    En 1326, Deux dominicains dénoncent certaines de ses propositions à l’inquisition. Contre son gré par contrainte de suivre la procédure engagée, la hiérarchie de l’ordre dominicain est tenue de donner suite juridique à cette dénonciation.
    La date exacte et le lieu du décès d’Eckhart sont inconnus. Ayant répondu à ses détracteurs à Cologne en 1327, il est actuellement supposé que, durant 1328, il a entrepris de se rendre en Avignon depuis Cologne pour affronter son accusation devant le Pape. Nulle archive n’existe concernant ni ce départ, ni ce voyage, ni cette arrivée, ni aucun autre fait postérieur. Documents du procès d’Avignon, quand même, conservés à la Bibliothèque Vaticane suggèrent, mais pas explicitement, qu’ Echkart a été présent à la présentation devant Jean XXII. Finalement, la bulle In agro dominico assume qu’il est décedé. C’est le seul document pour le fait qu’il est mort avant le 27 mars, 1329, date de la bulle.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose