• Accueil
  • > La légende des trois lis, Joseph GINGRAS

17 juin, 2013

La légende des trois lis, Joseph GINGRAS

Classé dans : — unpeudetao @ 4:09

                                    I
La scène se passait en ces jours que le cœur
Saigne de rappeler, où, sublime vainqueur
Cinq mois auparavant, sans pouvoir la défendre,
Lévis, à Montréal, vit la France se rendre.

 

Il n’était pas vaincu, dès lors il avait droit
D’emporter avec lui les drapeaux de son roi ;
Aussi lorsqu’on signa l’acte préliminaire
Le héros réclama les honneurs de la guerre.

 

La réponse, on le sait, fut digne d’Albion.
Mais Lévis fit serment que jamais le lion
Des écussons anglais, de sa fétide haleine,
Ne souillerait les lis de France. À Sainte-Hélène,

 

Îlot qui défendait l’abord de Montréal,
Il se rendit un soir. Du haut du mont Royal
La nuit dense tombait avec ses vagues d’ombres ;
Les vaisseaux ennemis, comme des hiboux sombres,

 

L’aile ouverte, guettaient dans un obscur silence.
Le général français, trompant leur vigilance,
Sans alerte aborda l’îlot, grâce aux brouillards.
Là, d’une main fébrile il prend ses étendards,

 

Les étreint longuement, contre l’Anglais s’indigne,
Puis au grand sacrifice en pleurant se résigne.
De poudre et de salpêtre il ne restait encor
Qu’une humble ration dans les caissons du fort ;

 

Cela devait suffire. En peu d’instants les flammes
Achevèrent leur œuvre : hampes d’or, oriflammes,
Fleurs de lis où flottait le suprême baiser
Que Montcalm expirant voulut y déposer,

 

Témoins qui palpitaient au souffle des victoires,
Il ne resta plus rien, hélas, de tant de gloires.

 

                                    II
Plus un seul souvenir de si nobles combats..
« Qu’importe, dit Lévis, ils ne les auront pas ! »

 

                              *     *     *
Or la légende veut que la bise hivernale
Ait respecté des lis la cendre virginale.
Lorsqu’au printemps suivant, sur l’aile du zéphir,
Aux bords du Saint-Laurent avril put revenir

 

Opérer en tous lieux mille métamorphoses,
La légende poursuit qu’alors, de ses doigts roses,
Remuant cette cendre, il en fit refleurir
Les trois lis que Lévis avait vu se flétrir..

 

Ah ! cette floraison appartient à la fable,
Mais nous en connaissons une autre, véritable,
Qui dans nos cœurs français rivés au Saint-Laurent
A toujours reverdi malgré le conquérant.

 

La persécution, le fer, même les flammes
Ne sauraient étouffer ces trois fleurs dans nos âmes,
Ces trois lis. Le premier, nos clochers aux coqs d’or
Attestent fièrement que jamais il n’est mort :

 

C’est la religion. Nos mères canadiennes
Protègent du second les blancheurs souveraines :
C’est notre doux parler. Le dernier fut vainqueur
De l’espace et du temps : la main sur votre cœur

 

Et le regard tourné vers les côtes de France,
Saluez avec moi le lis de Souvenance !

 

Joseph GINGRAS (XXe siècle), poète québécois.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose