• Accueil
  • > La légende du Feu (Légende chinoise)

29 novembre, 2014

La légende du Feu (Légende chinoise)

Classé dans : — unpeudetao @ 9:14

Autrefois, les hommes vivaient sans Feu. Le Feu était contrôlé par le Dieu de la Foudre, génie à tête humaine et au corps de Dragon. Ce Dieu aimait voyager de par le monde au printemps et en été. Lorsque sa queue heurtait quelque bois sec, il en sortait des étincelles et cela allumait de grands incendies qui éclairaient le ciel. Le Feu dévorait les forêts et brûlait les animaux sauvages qui n’avaient pas eu le temps de fuir. Ce Feu était très utile. On pouvait s’en servir pour griller la viande crue, s’éclairer la nuit, se réchauffer les jours de froid. Mais, lorsqu’il n’était pas envoyé par le Dieu de la Foudre, où pouvait-on le trouver ? Le Feu existait, il se trouvait dans les lointaines contrées désertiques de l’ouest, là où les rayons du Soleil et de la Lune n’arrivaient même pas, là où il n’y avait pas d’hiver mais un éternel printemps sans nuit et avec une constante lumière. En effet, à cet endroit se trouvait là un grand arbre, si grand que cent personnes se tenant par la main ne seraient pas arrivées à en faire le tour. Son feuillage touffu couvrait des milliers et des milliers de kilomètres. Son tronc et ses branches donnaient la lumière et répandaient la chaleur : On l’appelait l’ »Arbre de Feu ». Personne ne l’avait jamais vu, car il se trouvait à mille lieues de toute habitation. Il fallait pour s’y rendre escalader mille montagnes, traverser mille rivières, marcher des jours et des jours et surmonter en route toutes sortes de difficultés et de dangers inattendus. Plusieurs personnes déjà étaient parties à sa recherche, mais aucune n’avait réussi. Les uns s’étaient tués dans l’ascension des montagnes, les autres s’étaient noyés dans la traversée des rivières; certains avaient été dévorés par des animaux sauvages, d’autres étaient morts de chaleur ou de froid, d’autres encore avaient reculé devant les dangers et les difficultés et avaient rebroussé chemin. Bref, si tout le monde désirait la lumière et la chaleur, personne jusque là n’avait été capable d’en découvrir le secret.

 

A cette époque vivait dans une tribu un jeune homme intelligent, courageux et fort. Il avait l’esprit vif et était adroit de ses mains. C’était un excellent tireur à l’arc, un bon grimpeur et un nageur hors pair. Ayant entendu parler lui aussi de l’ »Arbre de Feu », et désirant apporter lumière et chaleur à son peuple, il projeta de se rendre dans les contrées occidentales. L’échec de ses prédécesseurs ne le découragea pas. Un jour, il dit adieu à son village et partit vers l’ouest armé de son arc et de ses flèches. Il subit en route toutes sortes de souffrances, de privations et il risqua maintes fois sa vie. De hautes montagnes et de larges fleuves lui barraient la route, mais il s’aida de lianes pour escalader les sommets les plus élevés et construisit des radeaux pour traverser les rivières les plus profondes. Des tigres féroces et des serpents venimeux sortirent parfois de leur repaire pour se jeter sur lui, mais il les terrassa à chaque fois. Le Soleil lui brûlait la peau, le froid lui gelait les mains et les pieds, mais  il n’en continua pas moins à marcher des jours et des jours durant. Malgré la fatigue, il ne perdit jamais courage. Rien ne semblait pouvoir l’empêcher d’avancer. Il marcha ainsi jour et nuit pendant des années parcourant on ne sait combien  de milliers de kilomètres. Il ne se souvenait plus depuis combien de lunes il était parti. Devant lui, tout n’était qu’obscurité. Mais résolu à découvrir le secret du Feu et d’en faire don à l’Humanité, il continuait à avancer courageusement.

 

Un jour, alors qu’il avait avancé toute la journée et que maintenant il marchait péniblement dans la nuit, il aperçut soudain un rai de lumière dans le lointain. Plus il avançait, plus la lumière grandissait. Il comprit alors qu’il était arrivé au pays de l’Arbre de Feu et courut joyeusement vers la lumière. L’Arbre de Feu occupait à lui seul une superficie de plusieurs milliers de kilomètres carrés. Ses feuilles brillaient comme perles et pierres précieuses éclairant les quatre coins de l’horizon. L’homme avait enfin atteint l’Arbre de Feu! En s’approchant de l’Arbre, il vit une nuée d’oiseaux becqueter le tronc et les branches sans arrêt. Chaque coup de bec produisait une étincelle. Le jeune homme comprit alors immédiatement le procédé de fabrication du feu. Il grimpa sur l’arbre, coupa des branches et les frotta l’une contre l’autre. Des étincelles jaillirent. Puis il tenta l’expérience avec d’autres arbres et, après de longs efforts, obtint le même résultat. Tout heureux, il rejoignit sans tarder son pays natal. Là, il apprit aux hommes le secret du feu. Quelques temps après, chacun avait bien assimilé la méthode de fabrication du feu. Depuis lors, quand on a besoin de feu, il suffit de l’allumer soi-même, sans attendre les caprices du Dieu de la Foudre. Grâce au Feu, on put désormais cuire les aliments, se réchauffer les jours de grand froid, s’éclairer la nuit, se protéger des bêtes sauvages et fondre des armes et des outils.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose