13 mai, 2012

La mère (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 5:18

 

      Attar rapporte ceci : Quand il eut gagné la guerre contre l’Inde, le sultan Mahmud reçut un esclave comme part de butin. Il l’adopta, en fit son fils, l’honora plus que quiconque et le nomma son successeur. Si tu veux des détails sur cette histoire, jette un oeil au livre du cheikh Attar.
      Bref, cet enfant, assis sur un trône d’or à côté du sultan, versait chaque jour des larmes amères. Le sultan lui demanda :
      « O enfant fortuné ! Pourquoi pleures-tu ? Tous tes désirs sont comblés et tu es proche du sultan. Tu es assis sur le trône et les soldats comme le vizir sont à ton service. »
      L’enfant répondit :
      « Je pleure car je me souviens de ma mère. Quand elle voulait me réprimander, elle disait en me maudissant : « Que le sultan Mahmud t’emporte ! » et mon père lui en faisait ainsi le reproche : « Pourquoi le maudis-tu ainsi ? N’as-tu pas d’autres malédictions que ces paroles imprudentes ? » Et il accusait ma mère de n’avoir point de coeur pour traiter ainsi son fils. Cette dispute entre eux ne faisait qu’accroître ma peine et ma crainte. Je me disais en moi-même : «  »De quel caractère emporté ce Mahmud doit-il être pour représenter ainsi la crainte et la calomnie ? » Je vivais alors dans ta crainte, ignorant tout de tes faveurs. Où donc est ma mère à présent, ô sultan de l’univers ? Que ne peut-elle me voir assis sur ce trône ? »
      Ô ignorant ! Ton état de pauvreté est comme le sultan Mahmud. Ta nature a peur de lui. Si tu connaissais la miséricorde de Mahmud, tu prierais à chaque instant pour que ta fin soit Mahmud. N’écoute donc pas ta mère nature qui t’induit en erreur. Si tu recherchais la pauvreté, tu pleurerais jusqu’à la fin du monde. Pour ce qui est de la subsistance, ton corps est peut-être comme une mère pour toi. Pourtant, il est ton ennemi plus encore que des milliers d’ennemis.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose