12 novembre, 2014

La parole, Khalil GIBRAN

Classé dans : — unpeudetao @ 11:32

Puis un érudit dit, Parle-nous de la Parole. Et il répondit, disant : Vous parlez quand vous cessez d’être en paix avec vos pensées ; Et quand vous ne pouvez d’avantage demeurer dans la solitude de votre cœur vous venez vivre dans vos lèvres, et leur son devient un divertissement et un passe-temps. Dans bien de vos paroles, la pensée est à moitié massacrée. Car la pensée est un oiseau de l’espace, qui dans une cage de mots peut certes déplier ses ailes, mais ne peut voler. Il y a ceux parmi vous qui recherchent le bavard de peur d’être seul. Le silence de la solitude révèle à leurs yeux leur moi dans sa nudité et ils voudraient s’enfuir. Et il y a ceux qui parlent et qui, sans le savoir et sans le préméditer, révèlent une vérité qu’ils ne comprennent pas eux-mêmes. Et il y a ceux qui recèlent la vérité en eux, mais qui ne la disent pas avec des mots. Au sein de tels êtres, l’esprit demeure dans le battement du silence. Quand vous rencontrez votre ami sur le bord de la route ou sur la place publique, laissez votre esprit animer vos lèvres et diriger votre langue. Laissez la voix de votre voix parler à l’oreille de son oreille ; Car son âme retiendra la vérité de votre cœur, comme le goût du vin persiste dans la bouche, Alors que sa couleur est oubliée, et que le flacon n’est plus.

 

Khalil GIBRAN (1883-1931).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose