• Accueil
  • > La patience du moine Ksanti (Conte bouddhiste)

26 octobre, 2013

La patience du moine Ksanti (Conte bouddhiste)

Classé dans : — unpeudetao @ 18:19

Autrefois, il y avait un moine nommé Ksanti, qui retiré dans une grande forêt, cultivait la patience et pratiquait la bienveillance.
Un jour le roi Kali, suivi de ses courtisanes, entra dans la forêt pour s’y promener et s’y divertir.
Son repas terminé, le roi s’arrêta pour dormir un peu. Les courtisanes, se promenant dans la forêt en fleur, aperçurent le moine, lui présentèrent leurs hommages et prirent place à ses côtés. Alors Ksanti leur fit l’éloge de la patience et de la bienveillance ; ses paroles étaient si belles que ces femmes ne se lassaient pas de l’entendre et restèrent longtemps près de lui.

 

Le roi Kali s’éveilla et, ne voyant plus ses courtisanes, saisit son épée et suivit leurs traces. Lorsqu’il les vit assises autour du moine, sa jalousie amoureuse déborda ; les yeux furieux et brandissant son épée, il demanda au moine :
 » Que fais-tu là ? « 
Ksanti répondit :
 » Je suis ici pour cultiver la patience et pratiquer la bienveillance. « 
Le roi lui dit :
 » Je vais aussitôt te mettre à l’épreuve. Avec mon épée, je te couperai les oreilles, le nez et jusqu’aux mains et aux pieds. Si tu ne t’irrites pas, je saurai que tu cultives la patience. « 
Le moine répondit :
 » Fais à ta guise. « 
Alors le roi tira son épée et lui coupa les oreilles, le nez, puis enfin les mains et les pieds, tout en lui demandant :
 » Ton esprit est-il agité? « 
Ksanti répondait :
 » Je cultive la bienveillance et la patience ; mon esprit n’est pas agité. « 
Le roi lui dit :
 » Ton corps est là, sans force ; tu dis bien que ton esprit n’est pas agité, mais qui pourrait te croire ? « 
Alors Ksanti fit ce serment :
 » Si je cultive vraiment la bienveillance et la patience, que mon sang devienne du lait. »
Aussitôt son sang se changea en lait ; le roi, stupéfait, s’en alla avec ses courtisanes. Mais alors, dans la forêt, un roi-dragon, prenant parti pour le moine, tonna et lança la foudre ; le roi, grièvement atteint, s’écroula et ne rentra pas dans son palais.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose