23 novembre, 2014

La Sagesse (Conte)

Classé dans : — unpeudetao @ 16:40

Le fils aîné d’une famille aisée désirait acquérir la Sagesse. Il avait étudie la Philosophie, comparé les Religions et appris les Mathématiques. Sa famille, ainsi que ses amis le considéraient comme un être d’une intelligence remarquable. Un jour, il apprit que le jardinier était un très célèbre poète mystique. Cela le fit sourire tant il avait de mal a croire que cet homme simple put être un grand Sage. Déterminé néanmoins à savoir si cela était vrai, il décida de mettre son jardinier à l’épreuve. Trouvant ce dernier dans le carré de roses, le jeune homme s’arrêta près de lui et demanda :  » Que savez-vous de la Grande Équation de l’Univers, cette formule qui est à l’origine de tout ce qui existe ? » Le vieux jardinier, tout en arrachant quelques mauvaises herbes, se mit à rire et répondit de sa voix douce :  » Jeune homme, je n’ai jamais aimé les Mathématiques ! »  » Ne joue pas ce jeu la avec moi « , demanda le jeune homme,  » et dis moi ce que tu penses de la nature de l’Existence « . En même temps qu’il coupait une rose fanée, le jardinier répondit :  » L’existence est ce moment à jamais présent, entre mémoire et temps futur.  »  » Hmmm », répondit le jeune homme d’un air affecté,  » si je te comprends bien, le temps n’est qu’une sorte d’illusion ? » Le jardinier planta sa bêche dans la terre.  » Le Temps ? Monsieur, si j’étais plus jeune .. « .  » Ah ! », dit le jeune homme en même temps qu’il se penchait pour pouvoir regarder le jardinier dans les yeux,  » ne sais-tu pas que l’Existence n’est rien d’autre qu’un grand tumulte issu des vibrations du verbe originel ? » En même temps qu’il retournait la terre, le jardinier répondit en citant un proverbe :  » Regarde où tes pas te mènent « .  » Mes pas ne me mèneront nulle part  » dit le jeune homme d’un air désapprobateur,  » seul mon esprit peut me conduire là où je le souhaite « . En même temps qu’il répandait l’engrais, le jardinier répondit :  » Nulle part est précisément le lieu où se rendent les Sages.  » Alors qu’il se relevait, le jeune homme se piqua le doigt sur une épine de rose. Il observa une goutte de sang se former, telle une perle, à l’endroit où il était piqué et déclara :  » Le Mouvement n’est qu’une illusion « .  » Bien « , lui répondit le jardinier en continuant de bêcher,  » alors arrêtez de bouger « . Le jeune homme se concentra sur ce que le jardinier était en train de faire et dit :  » Le Mouvement Absolu n’est qu’une illusion.  »  » Encore mieux « , demanda le jardinier qui s’était relevé pour enlever quelques feuilles mortes,  » mais alors, qu’en est-il de ce grand tumulte issu des vibrations du verbe originel, dont vous me parliez tout à l’heure ? » Le jeune homme aspira la goutte de sang et répondit :  » Vous même ne le savez pas, n’est-ce pas ? »  » Bien sur que non « , admit le jardinier en même temps qu’il caressait les pétales d’une splendide rose blanche. Frustre, le jeune homme s’exclama :  » Alors, tout ce que tu fais est inutile..  » Le jardinier se pencha vers la rose, ferma les yeux, respira profondément, puis sourit et dit d’un air satisfait :  » Hmmm, venez savourer son odeur exquise ! »

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose