• Accueil
  • > La souris et la grenouille (Conte soufi)

19 mai, 2012

La souris et la grenouille (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 5:12

 

      Une souris qui se promenait le long d’un ruisseau se lia d’amitié avec une grenouille. Elles se réunissaient toutes deux, chaque jour à heure fixe, sur le lieu de leur première rencontre, afin de se raconter des histoires et de se divertir.
      Un jour, la souris dit à la grenouille :
      « Ô toi, le plus noble des animaux ! Depuis longtemps, je désire te confier un secret. Toi, tu viens de l’eau et c’est là que tu retournes. Et moi, lorsque je t’appelle du bord du ruisseau, je n’obtiens pas de réponse car tu ne m’entends pas. Mon coeur ne se satisfait pas de nos rencontres quotidiennes. Je suis dans l’égarement lorsque je ne vois pas ton visage. Pour moi, tu es la lumière du jour et la paix de la nuit. Mon coeur souhaite être avec toi à chaque instant. Mais toi, tu ignores tout de mon état. Ô ma soeur ! Moi je viens de la terre et toi, tu viens de l’eau. Il m’est impossible de plonger dans l’eau. Il faut que nous trouvions un moyen afin que mes appels te parviennent. »
      Et elle proposa cette solution :
      « Nous allons prendre une ficelle très longue et chacune de nous attachera l’une de ses pattes à l’une de ses extrémités. Ainsi, quand je voudrai te voir, il me suffira de tirer la ficelle. « 
      Cette solution ne plut guère à la grenouille et elle refusa.
      Si la grenouille de l’âme est liée à la souris du corps, elle est sans cesse importunée par cette dernière qui tire la ficelle.
      La souris insista tellement que la grenouille finit par céder. Elles se relièrent donc par une longue ficelle et, chaque fois que la souris tirait sur elle, la grenouille remontait du fond de l’eau pour converser avec son amie.
      Or, un jour, un énorme corbeau attrapa la souris et s’envola. Il souleva la souris et la grenouille à sa suite, la souris dans son bec et la grenouille au bout de la ficelle. Les gens qui virent ce spectacle se dirent alors :
      « Voilà bien une chose étonnante ! Une grenouille, créature aquatique, pourchassée par un corbeau ! »
      Quant à elle, la grenouille se disait :
      « Quiconque se lie d’amitié avec une créature qui n’est pas de sa sorte mérite certes la punition que je subis ! »

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose