• Accueil
  • > La tortue et le cochon (Conte africain)

8 octobre, 2013

La tortue et le cochon (Conte africain)

Classé dans : — unpeudetao @ 18:30

Il y a plusieurs années de cela vivaient dans la brousse Léo la tortue et Panflo le cochon. Panflo était heureux et travaillait beaucoup tandis que Léo était une paresseuse réputée et très maligne.

 

Un jour, arriva Léo qui mijotait une idée géniale. Elle appela Panflo pour signer un accord d’entraide mutuelle en cas de famine.

 

Malheureusement pour les animaux de la brousse, la famine arriva l’année suivante et les deux amis se rencontrèrent afin d’exécuter les termes de leur accord.
Léo la tortue prit la première la parole en ces termes :
- Panflo ! Vois-tu ? Le temps a fini par nous donner raison. Pour commencer, moi j’ai trois filles à nourrir et ma misère est très grande. Je souhaiterais que tu m’apporte d’abord ton aide.
Panflo pris à son tour la parole :
- Léo, ne te fais pas de soucis. Demain matin, je t’apporte un sac de maïs.
Le lendemain, Panflo apporta à son ami la Tortue un sac de maïs.

 

Un mois plus tard, ce fut au tour de Léo d’apporter sa part d’aide à Panflo. Mais Panflo attendit vainement. Fatigué d’attendre, Panflo se rendit à la maison de Léo qui est en bordure de rivière mais il ne la trouva pas.
Le deuxième jour, il retourna chez Léo, toujours absente.
Le troisième jour enfin, il la trouva en train d’écraser le maïs sur la meule avec la carapace de sa fille qui y fit rentrer ses pattes et sa tête.

 

D’un ton sévère, Léo s’adressa à Panflo :
- Que me veux-tu ?
- C’est ton tour de m’aider as-tu oublié ? répondit le cochon.
- Ah mon maïs ! Depuis hier, un feu a consumé mon grenier alors je n’ai plus rien.
Mécontent de cette réponse, Panflo pris la fille de Léo et la jeta dans la rivière pensant que c’était une pierre. Léo sourit un peu et dit :
- Puisque tu insistes pour que je donne ma part d’aide, ramène-moi d’abord la pierre avec laquelle j’écrase le maïs et je te donnerais ensuite ce que tu veux.
Panflo entra dans la rivière pour chercher la  » pierre « .
Mais la fille de Léo avait déjà nagé et avait gagné l’autre rive.
Panflo le cochon, ne trouva évidement rien.

 

Depuis ce jour, chaque fois que Panflo passe à côté d’une flaque d’eau, il pénètre dedans dans l’espoir d’avoir son dû.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose