• Accueil
  • > La voiture à cheval (Soufisme)

21 août, 2011

La voiture à cheval (Soufisme)

Classé dans : — unpeudetao @ 16:14

     Il y a trois degrés dans l’étude de l’homme. Le premier, c’est la Science de la connaissance ordinaire ; le deuxième, la Science des états intérieurs inhabituels ; le troisième, la Science de la Réalité véritable : au-delà de ce qu’appréhendent les deux premières.
     Seule la connaissance intérieure réelle apporte la connaissance de la Science de la Réalité véritable. Les deux autres sont des reflets, chacune sous sa forme particulière, de la troisième, sans laquelle elles sont presque inutiles.
     Imaginez le conducteur d’une voiture à cheval. Il est assis dans un véhicule, tiré par un cheval, qu’il guide. L’intellect est le « véhicule », la forme extérieure dedans laquelle chacun formule où il pense être et ce qu’il a à faire. Le véhicule permet au cheval et à l’homme d’opérer. C’est ce que nous appelons tashkil, la forme ou la formulation extérieures. Le cheval, la force motrice, représente l’énergie, en particulier l’énergie appelée « état d’émotion ». Cette force est nécessaire pour mettre le véhicule en mouvement. L’homme, ici, est ce qui perçoit, autrement et mieux que l’intellect et l’émotion, l’objectif et les possibilités qu’offre la situation, et permet au véhicule de prendre la direction de l’objectif à atteindre, et de l’atteindre.
     Chacun des trois éléments est en mesure, à lui seul, de remplir des fonctions. Mais la fonction combinée, « le mouvement du véhicule », ne peut s’accomplir que lorsque les trois éléments sont reliés et associés de la bonne manière.
     Seul l’ »homme », le moi réel, sait quel est le lien entre les trois éléments, et dans quelle mesure et de quelle manière chacun a besoin des deux autres.

     Savoir combiner les trois éléments, c’est le « grand oeuvre ». Trop d’hommes, un cheval trop inadéquat, un véhicule trop léger ou trop lourd, et le résultat ne se produira pas.

 

*********************************************************

Une réponse à “La voiture à cheval (Soufisme)”

  1. unpeudetao dit :

    Ce fragment est consigné, en persan, dans un carnet derviche. L’histoire, sous des formes diverses, est bien connue des écoles soufies, de Damas à Delhi.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose