• Accueil
  • > L’Angelus, Pierre LAZERGES

16 avril, 2015

L’Angelus, Pierre LAZERGES

Classé dans : — unpeudetao @ 12:48

À ma Mère.

 

J’habitais, jeune enfant, près d’une pauvre église Où sont trois vieux ormeaux, et, quand venait le soir, L’Angélus s’envolait dans l’espace tout noir, Porté par un frisson de feuillage et de brise. Ô mère ! tu priais ; et mon âme surprise, Dans l’ombre de la nuit, croyait apercevoir, Sur un croissant doré, comme en un reposoir, Une blanche statue au bord du ciel assise. À chaque mois de mai, ce souvenir lointain Renaît, pareil au lis qui fleurit le matin ; Aux carrefours des bois, la statue angélique, Du sein d’un églantier, regarde vers les cieux ; Mais la cloche, là-haut, dit seule le cantique, Et je me sens venir des larmes dans les yeux.

 

Pierre LAZERGES (18..-19..).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose