• Accueil
  • > L’arbre de Noël, Friedrich RÜCKERT

30 juin, 2014

L’arbre de Noël, Friedrich RÜCKERT

Classé dans : — unpeudetao @ 7:08

La veille de Noël, le soir, un enfant étranger court d’un pas pressé à travers la ville ; il veut voir les lumières que de tous côtés l’on allume. Il s’arrête devant chaque maison et regarde les guirlandes brillantes qui, du haut des sapins de Noël garnis de bougies, projettent leur éclat à l’extérieur. Comme il est triste le pauvre petit ! Il verse des larmes et soupire : « Tout enfant aujourd’hui a son petit arbre et sa bougie, tout enfant chez ses parents a sa douce surprise ; moi, pauvre et seul, je n’ai rien ! « Pour moi aussi l’on allumait des bougies, quand, à la maison, j’étais assis au milieu de mes frères et sœurs ; mais ici, sur cette terre étrangère, tout le monde m’oublie. « Nul ne me fera-t-il entrer chez lui ? Oh ! je ne demande pas de présent moi ! Qu’à la lueur de l’arbre de Noël dressé pour d’autres, il me soit permis seulement de me ranimer ! » Il frappe aux portes petites et grandes, aux fenêtres, aux magasins ; personne ne vient recueillir le petit étranger, il n’y a pas d’oreilles dans ces maisons. Tous les pères ne sont occupés que de leurs enfants ; les mères préparent pour eux les présents ; elles ne pensent qu’à cela, rien qu’à cela : nul ne songe au pauvre petit. « Ô cher, ô divin Jésus ! pour père et pour mère, je n’ai que vous ! Les hommes m’abandonnent, soyez mon soutien ! L’enfant frotte ses mains que le froid a glacées, il grelotte sous ses haillons, et, le regard fixé devant lui, il attend anxieux dans la rue. Alors arrive tout doucement un autre enfant, il est vêtu de blanc, et porte une lumière qui éclaire la rue obscure ; quelle douceur sur ses traits lorsqu’il s’adresse au petit : « Je suis le divin Jésus, moi aussi je fus jadis un enfant comme toi ; tout le monde t’oublie, moi je ne t’oublie pas. « Il n’est point de lieu où je ne sois présent, j’étends ma protection sur ceux qui errent dans ces rues, comme sur ceux qui là-bas sont à l’abri dans les chambres. « Enfant étranger, je te veux dresser ici à cette place découverte ton arbre de Noël aussi beau et plus encore que ceux que l’on dresse dans les maisons. » De la main l’enfant Jésus lui montre alors le ciel : là haut resplendit un arbre dont les branches sont garnies de mille étoiles. Comme ils brillent, ces feux éloignés qui paraissent tout près ; quelle joie inonde le cœur de l’enfant étranger, quand il considère, lui aussi, son arbre ! Ainsi que dans un songe, des anges descendent en longues files vers l’enfant, et ils l’emmènent vers la place éclairée. L’enfant étranger est arrivé dans la patrie, il est auprès de son divin Sauveur ; il ne se soucie plus des vains présents que l’on reçoit sur la terre.

 

Friedrich RÜCKERT (1788-1866), poète allemand.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose