• Accueil
  • > L’arbre du savoir (Conte soufi)

12 octobre, 2008

L’arbre du savoir (Conte soufi)

Classé dans : — unpeudetao @ 20:21

      La rumeur circulait qu’il existait en Inde un arbre dont le fruit délivrait de la vieillesse et de la mort. Un sultan décida alors d’envoyer un de ses hommes à la recherche de cette merveille.
      L’homme partit donc et, pendant des années, il visita maintes villes, maintes montagnes et maints plateaux. Quand il demandait aux passants où se trouvait cet arbre de vie, les gens souriaient en pensant qu’il était fou. Ceux qui avaient un coeur pur lui disaient :
      « Ce sont des racontars ! Abandonne cette recherche ! »
      D’autres, pour se moquer de lui, l’envoyaient vers des forêts lointaines.
      Le pauvre homme n’atteignait jamais son but car ce qu’il demandait était impossible. Il perdit alors l’espoir et prit le chemin du retour, les larmes aux yeux. En chemin, il rencontra un cheikh et lui dit : « Ô cheikh, prends pitié de moi car je suis désespéré !
      – Pourquoi es-tu si triste ?
      – Mon sultan m’a chargé de trouver un arbre dont le fruit est le capital de la vie. Chacun le convoite. J’ai cherché longtemps, mais en vain. Et tout le monde s’est moqué de moi. »
      Le cheikh se mit à rire :
      « Ô coeur naïf et pur ! Cet arbre est le savoir. Seul le savant le comprend. On l’appelle parfois arbre, parfois soleil ou océan ou nuage. Ses oeuvres sont infinies mais il est unique. Un homme est ton père, mais lui-même, il est le fils de quelqu’un d’autre. »

 

*****************************************************

 

 

Une réponse à “L’arbre du savoir (Conte soufi)”

  1. unpeudetao dit :

    Celui qui sait, une histoire de Nasrudin

    Un jour, Djeha-Hodja Nasreddin décida de voyager pour parfaire son savoir. Quand un jeune homme lui demanda quels gens il allait chercher à rencontrer, il dit, se rappelant quelques sages paroles entendues au marché :
    - Celui qui ne sait pas et ne sait pas qu’il ne sait pas, il est stupide. Il faut l’éviter.
    - Celui qui ne sait pas et sait qu’il ne sait pas, c’est un enfant. Il faut lui apprendre.
    - Celui qui sait et ne sait pas qu’il sait, il est endormi. Il faut le réveiller.
    - Celui qui sait et sait qu’il sait, c’est un sage. Il faut le suivre.

    Djeha-Hodja Nasreddin marqua une pause puis continua :
    - Mais, vous savez combien il est difficile, mon fils, d’être certain que celui qui sait et sait qu’il sait, sait vraiment.

    **

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose