• Accueil
  • > L’art ogival, Jules de LAHONDÈS

30 mars, 2017

L’art ogival, Jules de LAHONDÈS

Classé dans : — unpeudetao @ 18:00

L’église est vaste et haute et ses voûtes antiques

Abritent tendrement les peuples empressés ;

Elles vibrent aux chants d’ensemble des cantiques

Comme le cœur qui bat aux flots de sang pressés.

L’âme s’épanouit dès le seuil des portiques ;

Venez tous, les petits, les doux, les harassés ;

Venez, espoirs déçus, plaintes mélancoliques,

Esprits par le remords lourdement oppressés.

Une immense pitié remplit l’église austère ;

La divine beauté dévoile le mystère

Et sur les cœurs meurtris aime à verser son miel.

De la nef pleine d’ombre aux vitraux pleins de flamme

De la crypte à la flèche arrière, tout proclame

Les sanglots de la terre et l’élan vers le ciel.

Jules de LAHONDÈS (1830-1914).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose