• Accueil
  • > L’aveugle, ou le crieur du Rhône, Marceline DESBORDES-VALMORE

12 janvier, 2014

L’aveugle, ou le crieur du Rhône, Marceline DESBORDES-VALMORE

Classé dans : — unpeudetao @ 19:52

ÉLÉGIE.

 

On avait couronné la Vierge moissonneuse ; Le village à la ville était joint par des fleurs. La jeunesse et l’enfance y mêlaient leurs couleurs, Et le vieillard riait d’une vendange heureuse. Tout à coup le plaisir cessa ; Car c’est le feu follet qui s’éteint dès qu’il brille : Et dans l’ombre un long cri glaça Jusqu’au chant de la jeune fille : « Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré ! « Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré !

 

« Son cœur est épuisé d’une torture amère ; « Sa clameur s’est changée en un silence affreux ; « L’enfant ne dira pas qu’il est bien malheureux ; « Il ne prononce encor que le nom de sa mère. « Quoi ! pas une voix ne répond ! « Ne l’avez-vous pas vu jouer sur le rivage ? « Hélas ! le Rhône est si profond, « Et l’on est si faible à cet âge ! « Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré ! « Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré !

 

« Ses cheveux du blé mûr ont la couleur dorée, « Ses yeux sont noirs et doux, ses dents croissent encor ; « Ses pas abandonnés n’ont qu’un craintif essor, « Et de bluets, tantôt, sa robe était parée. « Vous pourrez le rencontrer nu, « Car souvent la misère a dépouillé l’enfance : « Vous l’aurez bientôt reconnu « L’ange qui pleure sans défense. « Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré ! « Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré ! »

 

Le vieux crieur se tut. De la morne assemblée Il attendit longtemps un mot, un seul… En vain ! Les mères enchaînaient leurs enfants sur leur sein, Et de vagues frayeurs cette nuit fut troublée. On dit qu’un mendiant passa, Couvert d’affreux lambeaux, à la marche furtive, Et qu’un jeune cri s’effaça Dans l’air avec la voix plaintive : Rendez, rendez l’enfant dans la foule égaré ! Pour l’appeler encor sa mère a tant pleuré !

 

Marceline  DESBORDES-VALMORE (1786-1859).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose