• Accueil
  • > Le Beau, Marguerite COPPIN

27 septembre, 2012

Le Beau, Marguerite COPPIN

Classé dans : — unpeudetao @ 5:40

Il ne faut point chercher si loin le lac d’azur
Et le mont, et le fleuve, et les sombres vallées
Pour permettre à son coeur les vastes envolées
Et cet amour du Beau, si puissant et si pur.

 

Mais simplement lever les yeux ; et sur le toit
Regarder de la rue obscurément étroite
L’étroit morceau de ciel, qui scintille et miroite
De topaze et de pourpre su soleil qui décroît ;

 

Parfois un lourd nuage y glisse, triste, obscur ;
Et tous les soirs, su moins une étoile y vient luire
Et l’infini du Beau, qui ne peut se traduire,
Vibre entier dans cet astre et ce morceau d’azur !..

 

Ah ! le rêve est partout, et partout l’idéal,
Et partout le bonheur pour qui veut le comprendre.
La vie est si remplie ; et la main qu’on sait tendre
Peut saisir tant de mains ; et guérir tant de mal !

 

Et les yeux bien ouverts, les yeux qui veulent voir,
Peuvent tant admirer ! Mais, que de fleurs on passe
Qu’on ne regarde pas ! Et que de joies on chasse
Qui naissent tous les jours du plus humble devoir !

 

Cueillez toutes les fleurs, chacune a sa beauté.
Et regardez le ciel, fut-ce aux fenêtres closes ;
Et cherchez – comme en juin vous chercherez les roses –
Les tristes, pour leur voir un éclat de gaîté ;

 

Et prenez à la Vie avec tout votre coeur
Tout ce qu’elle vous offre. Et vivant aux coins sombres,
Levez les yeux, sachant qu’au-dessus de ces ombres
Le ciel brille, et l’amour, dans leur pure splendeur.

 

Marguerite COPPIN (Née en 1867), poétesse belge.

 

*****************************************************
 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose