11 octobre, 2013

Le bon grain, Pierre JAY

Classé dans : — unpeudetao @ 17:11

Quand l’Aube lumineuse entrouvre sa corolle
Comme une fleur éclose en un pays lointain,
Le moissonneur, qui sait la sainte parabole,
Dans les champs de blé mûr va cueillir le bon grain.

 

Il emmène avec lui sa pieuse famille :
La mère souriante et l’enfant assoupi.
Puis, au pied des moissons déposant sa faucille,
Dans sa main rude et forte il écrase un épi.

 

La brise du matin tourbillonne et s’avance,
Chevauchant sur les blés qui balancent leurs fronts
Dans la vague onduleuse, où la plaine, en silence,
Semble un océan d’or déroulant ses flots blonds.

 

Le moissonneur, alors, lève au ciel sa main pleine
De la cosse et du grain de l’épi mûr froissé,
Et, comme Dieu, lorsqu’il brise quelque âme humaine,
Il attend que les vents du matin aient passé.

 

Les vents sépareront le bon grain de la paille.
Si l’épi blond résiste et qu’il soit lourd et dur,
Le moissonneur dira : « C’est du blé de semaille ;
« Laissons mûrir encor le froment déjà mûr. »

 

Mais si le grain léger tourbillonne et voltige.
S’il suit la cosse vide et la paille en son vol,
Le moissonneur, prenant l’épi d’or par la tige,
Ramassera son fer étendu sur le sol.

 

Et, de cette façon, la parole sévère
Écrite avec du sang dans le livre éternel :
« Qu’on ôte à qui se meurt, qu’on donne à qui prospère »,
Se réalisera sous la splendeur du ciel.

 

Pierre JAY (1868-1947).

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose