• Accueil
  • > Le chant de jubilation de Tsoai-Talee, Navarre Scott Momaday

30 septembre, 2014

Le chant de jubilation de Tsoai-Talee, Navarre Scott Momaday

Classé dans : — unpeudetao @ 16:17

Je suis une plume dans le ciel lumineux  Je suis le cheval bleu qui galope dans la plaine  Je suis le poisson qui virevolte et miroite dans l’eau  Je suis l’ombre qui suit l’enfant  Je suis la luminosité de l’après-midi, l’éclat des prairies  Je suis l’aigle qui joue avec le vent  Je suis un bouquet de perles étincelantes  Je suis la plus lointaine étoile  Je suis le grondement de la pluie  Je suis le scintillement sur la neige croûtée  Je suis la large traînée de la lune sur le lac  Je suis une flamme de quatre couleurs  Je suis un cerf qui s’éloigne au crépuscule  Je suis un champ de sumac et la pomme blanche  Je suis un vol d’oies dans le ciel d’hiver  Je suis la faim d’un jeune loup  Je suis totalement le rêve de ces choses. Voyez-vous, je suis vivant, je suis vivant

 

Je suis en bons termes avec la terre  Je suis en bons termes avec les dieux  Je suis en bons termes avec tout ce qui est beau  Je suis en bons termes avec la fille de Tsen-Tainte Voyez-vous, je suis vivant, je suis vivant .

 

Navarre Scott Momaday (Né en 1934), écrivain amérindien de culture Kiowa et Cherokee. Son roman La Maison de l’aube, publié en 1968, a reçu le prix Pulitzer de la fiction en 1969 et marque le début de la Renaissance amérindienne.

 

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose