• Accueil
  • > Le chant de la nature et du chrétien, Louis LÉVESQUE

10 avril, 2017

Le chant de la nature et du chrétien, Louis LÉVESQUE

Classé dans : — unpeudetao @ 18:59

Le soleil brillait dans la nue ;

Pas une tache sur l’azur

Ne venait attrister ma vue :

Tout était beau, tout était pur.

Errant pensif et solitaire

En un chemin semé de fleurs,

Je bénissais Dieu, notre Père,

Dans ses bienfaits, dans ses grandeurs.

Les refrains que faisait entendre

Pour le louer ma faible voix,

Rencontraient un écho bien tendre

Parmi tous les hôtes des bois.

Joyeux, sautant dans leurs bocages,

Mille oiseaux aux accents divers

Faisaient, par leurs bruyants ramages,

Résonner le ciel et les airs.

Là, serpentant dans la prairie,

Du ruisseau les limpides eaux

Coulaient, image de la vie,

À travers les joncs, les roseaux.

Ainsi que toute la nature

Qui loue et bénit son Auteur,

Il semblait, par son doux murmure,

Chanter la gloire du Seigneur.

Du Zéphyr la brise chérie,

Sifflant à travers les rameaux,

Était comme une hymne bénie

Dont retentissaient les coteaux.

À ces accents de la nature

J’essayai de mêler ma voix ;

Et, comme toute créature,

Je répétai ce chant trois fois :

« Célébrons la toute-puissance

Du Dieu qui décore nos champs,

Du Dieu qui, par sa bienfaisance,

Pour nous fait naître le printemps. –

« Bénissons-le dans nos montagnes,

Bénissons-le la nuit, le jour,

Et que non loin de nos campagnes

S’échappe un saint élan d’amour. »

Louis LÉVESQUE (XIXe siècle).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose