• Accueil
  • > Le Christ Roi, Serge BARRAULT

19 mai, 2017

Le Christ Roi, Serge BARRAULT

Classé dans : — unpeudetao @ 19:27

Le Roi Jésus plus grand que l’Empereur romain

Marche, escorté de la garde prétorienne,

Couronné, revêtu de pourpre, arborant sous sa main,

Sceptre monumental en bois qu’il faut qu’il tienne

À deux bras, sur l’épaule en tremblante ruine, LA CROIX.

Et le peuple en furie applaudissait le Roi,

Et le comblait de coups et le sacrait d’injures,

Telle la mer l’écueil isolé. La Révolution

L’enveloppait d’une immense acclamation.

Mais, lui, poursuit sa roule et triomphale et montante et dure.

Sa couronne aux invisibles roses, ô ronce, eh ! qui donc la ceindra ?

Son manteau d’un rouge divin, qui donc s’en couvrira ?

Quant au sceptre de cèdre équarri, arbre royal et poutre

Étayant sur nos fronts le ciel, qui voudrait passer outre

Afin de soulever, si peu, ce tronc, hommes musclés ?

Comme cet arc (et seul le courbait d’un long bras Ulysse),

Ou la massue inerte (et seul l’enlevait Héraclès),

Le sceptre de la croix, géant, à la fois instrument de supplice,

Plus riche avec trois clous que celui de Crésus,

Nul ne le portera, sinon cet Homme-Dieu : le Roi Jésus.

Encore accable-t-il, massif, la seconde Nature

Telle qu’un jeune enfant, le long du quai, traînant une mâture ;

Mais la Divinité qui peut dire au Père : « Le lien

Est mien », Force inouïe aux doigts entourant l’étendue

De la sphère d’azur où la foule étoilée accourt et tourne, suspendue,

D’un souverain pouvoir, ô sceptre, le maintient.

Marche, ô Double-Nature, Aigle extraordinaire

Tout ensemble Homme et Verbe armé de son tonnerre,

Dans la même personne, ô mon souverain Roi,

Unis, comme le vin avec l’onde sa proie

Dans un Vase de chair, comme l’or et l’argent.

Traîne, blême, accablé, ce madrier de ton commandement

Qui, par le bras perpendiculaire qui le traverse,

Ouvre un angle béant où le Ciel se renverse,

Obscur angle de bois d’un Triangle illimité ;

Et sur ton dos humain siège la Trinité.

Porte ce sceptre, ainsi qu’un paysan sa herse

À l’heure où le brillant lever des astres perce

Et l’a changée en cangue aux mille diamants.

Soulève, ô charpentier, la poutre lentement ;

Avance-toi, mon Roi, le sceptre sur l’épaule

Contre tes cheveux blonds, tel au soleil après la pluie un saule.

Car le prince elle sceptre, et ni l’arbre elle tronc,

Ni le Christ et la croix ne se sépareront.

Homme entré dans du bois, des méchants pâle spectre,

Arbre humain, Homme arborescent au Golgotha planté,

Gouverne dans ton immortelle autorité,

Ô Roi tellement roi qu’on le cloue à ton sceptre !

Serge BARRAULT (1887-…).

*****************************************************

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose