• Accueil
  • > Le Drapeau rouge, Paul Brousse

1 mai, 2011

Le Drapeau rouge, Paul Brousse

Classé dans : — unpeudetao @ 10:21

 

Il apparut dans le désordre,
Parmi les cadavres épars,
Contre nous le parti de l’ordre
Le brandissait au Champ de Mars. (bis)

 

Refrain
Le voilà, le voilà, regardez !
Sur la foule immense qui bouge
Il jette ses flots empourprés
Osez, osez le défier
Notre superbe drapeau rouge,
Rouge du sang de l’ouvrier. (bis)

 

Mais planté sur les barricades
Par les héros de Février,
Il devint pour les camarades
Le drapeau du peuple ouvrier. (bis)

 

Quand la deuxième République,
Condamna ses fils à la faim,
Il fut de la lutte tragique
Le drapeau rouge de juin. (bis)

 

Sous la Commune, il flotte encore
Il entraîne ses bataillons :
Et rougit sa dernière aurore
Du sang vermeil de ses haillons ! (bis)

 

Les braves marins de Russie
Contre le tsarisme en fureur
Ont fait flotter jusqu’en Asie
Notre drapeau libérateur. (bis)

 

Un jour sa flamme triomphale
Luira sur un monde meilleur
Déjà l’Internationale
Acclame sa rouge couleur ! (bis)

 

- date : 1877 et 1910.
- texte : Paul Brousse (1877); quelques modifications et ajout des deux derniers couplets par Lucien Roland (1910).
- musique : air patriotique suisse Armons-nous enfants de l’Helvétie.

 

*****************************************************

 

 

Une réponse à “Le Drapeau rouge, Paul Brousse”

  1. unpeudetao dit :

    • Écrit à l’occasion de la commémoration de la Commune à Berne, le 18 mars 1877.
    • On chante souvent, dans le refrain, Il flotte et fièrement il bouge.
    • variante contemporaine du quatrième couplet :

    L’infâme drapeau tricolore
    En fit de glorieux haillons.

    Les deux couplets ci-dessous furent rajoutés par Brousse après des échauffourées qui eurent lieu en août 1877 à Saint-Imier lors du congrès de la fédération jurassienne de l’AIT. Ils ne se chantent plus guère.

    On crut qu’à Berne en république,
    Il pouvait passer fièrement ?
    Mais par le sabre despotique,
    Il fut attaqué lâchement.

    Ce drapeau que le vent balance
    Devant un cortège ouvrier
    C’est lui ! glorieux il s’avance
    En triomphe dans Saint-Imier.

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose