19 juin, 2010

Le hibou, Victor HUGO

Classé dans : — unpeudetao @ 15:53

Le hibou

 

Et je vis au-dessus de ma tête un point noir.
Et ce point noir semblait une mouche dans l’ombre.

 

Et rien n’avait de borne et rien n’avait de nombre ;
Et tout se confondait avec tout ; l’aquilon
Et la nuit ne faisaient qu’un même tourbillon.
Quelques formes sans nom, larves exténuées
Ou souffles noirs, passaient dans les sourdes nuées ;
Et tout le reste était immobile et voilé.

 

Alors, montant, montant, montant, je m’envolai
Vers ce point qui semblait reculer dans la brume,
Car c’est la loi de l’être en qui l’esprit s’allume
D’aller vers ce qui fuit et vers ce qui se tait.
Or ce que j’avais pris pour une mouche était
Un hibou, triste, froid, morne, et de sa prunelle
Il tombait moins de jour que de nuit de son aile. [ . . . ]

 

Victor HUGO (1802-1885).

 

****************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose