• Accueil
  • > Le nuage et la dune, Bruno Ferrero (Conte)

6 août, 2011

Le nuage et la dune, Bruno Ferrero (Conte)

Classé dans : — unpeudetao @ 2:26

On sait que la vie des nuages est aussi courte que mouvementée. Or, un jour, un très jeune nuage entreprit sa première cavalcade à travers le ciel en compagnie d’une bande de gros nuages bouffis aux formes étranges.
Quand ils survolèrent l’immense désert du Sahara, les autres nuages, plus expérimentés, l’encourageaient :
 » Plus vite, plus vite ! Si tu traînes, tu es perdu ! « 
Mais, comme tous les jeunes, le petit nuage était curieux et il se laissa glisser à l’arrière des autres nuages qui, eux, ressemblaient à un troupeau de bisons en pleine galopade.

 

 » Que fais-tu, remue-toi ! « , lui cria le vent.
Mais le petit nuage avait aperçu les dunes de sable doré : un spectacle fascinant. Et il se laissait planer d’un vol de plus en plus léger. Les dunes ressemblaient à des nuages d’or caressés par le vent.

 

L’une d’elle lui sourit.  » Bonjour ! Je m’appelle Age « .
 » Et moi, Une « , répondit la dune.
 » Comment vis-tu là-dessous ? « 
 » Eh bien… avec le soleil et le vent. Il fait un peu chaud, mais on s’y fait ! Et toi, comment vis-tu là-haut ? « 
 » Avec le soleil et le vent…, et de grandes courses dans le ciel. « 
 » Ma vie à moi est très courte. Et quand reviendra le vent, je disparaîtrai peut-être. « 
 » Cela t’ennuie ? « , demanda le nuage.
 » Un peu. J’ai l’impression d’être inutile. « 
 » Moi également. Je me transformerai bientôt en pluie et je tomberai. C’est mon destin. « 

 

La dune hésita un instant et dit :
 » Sais-tu que la pluie, nous l’appelons Paradis ? « 
 » Non ! Je ne savais pas que j’étais si important ! « , dit le nuage dans un beau sourire.
« J’ai entendu raconter par quelques vieilles dunes combien la pluie était belle. Nous nous habillons alors de parures qu’on appelle herbe et fleurs. « 
 » Oui, c’est vrai, je les ai vues « , confirma la nuage.
 » Je ne les verrai sans doute jamais « , conclut tristement la dune.

 

Le nuage réfléchit un moment et ajouta :
 » Je pourrai te couvrir de pluie… « 
 » Mais tu en mourrais… « 
 » Oui, mais toi, tu fleurirais « , dit le nuage. Et il se laissa tomber, se transformant en pluie aux couleurs de l’arc-en-ciel.

 

Le lendemain, la petite dune était couverte de fleurs.

 

Extrait de  » Graines de Sagesse « , Comme un parfum de rose, par Bruno Ferrero, traduction de Jean Hubler, Strasbourg, Editions du Signe, 1997.

 

**************************************************

 

http://unpeudetao.unblog.fr

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose