12 juin, 2013

09. Neuvième étape : renoncer à pardonner par soi-même

Classé dans : — unpeudetao @ 15:21

Une fois que vous avez fait votre travail psychologique, de guérison intérieure, de purgation de vos émotions, une fois que vous avez travaillé à la réunification de votre personnalité, il y a une autre étape qui est de dire « le pardon ne m’appartient pas, mais mon coeur est ouvert pour recevoir le don du pardon. »
C’est cela notre travail humain dans le pardon, c’est d’être capable d’en arriver à lâcher prise, même sur son pardon. Lâcher prise sur l’offense, mais même lâcher prise sur le pardon.

 

Le danger c’est de vouloir pardonner pour manifester sa supériorité envers l’autre. On ne pardonne pas aux autres, on se laisse prendre par le pardon. Le pardon n’est pas une vertu morale, c’est une vertu théologale. Cela veut dire que c’est Dieu qui nous l’inspire, c’est Dieu qui en est l’agent et c’est Dieu qui en est l’objet. C’est pour cela que lorsqu’on rentre dans une dynamique de pardon, on met sa volonté, sa générosité, son habileté dans les premières étapes, mais une fois rendu à cette étape-ci, il s’agit de devenir passif, accueillant, réceptif de l’amour de Dieu.

 

Cela c’est un tournant, : on arrête d’être ascétique, d’être moral et on passe à une mystique. Il faut entrer dans le mystère du Seigneur et accueillir son pardon à l’intérieur de soi. Quand le pardon intégral, le pardon complet va s’emparer de moi, je n’aurai pas de maîtrise dessus. Ma maîtrise, c’est de préparer mon coeur à cet événement-là.

 

Question : alors selon vous, les non-chrétiens ne sont pas capables de pardon ?

 

Mais la grâce de Dieu n’est pas limitée au christianisme, la grâce de Dieu n’est pas limitée à la religion, La grâce de Dieu peut venir sur une personne extrêmement bonne dont le coeur est ouvert. Une fois, une personne m’a dit « je ne pourrai jamais pardonner car je ne crois pas en Dieu ! » Je lui ai répondu « A quoi crois-tu ? » – « A l’amour et à la compassion ». – « Eh bien tu peux pardonner car ce que j’appelle Dieu, toi tu l’appelles amour et compassion ». Ce qui est important, c’est de savoir qu’on ne donne pas le pardon, qu’on le reçoit.

 

Il faut revoir son image de Dieu. On peut croire à un Dieu catholique sévère, dur, intégriste…etc. Je peux croire à un Dieu catholique qui ne pardonne pas. Je vous donne l’exemple de ma soeur. Ma soeur, elle se dit athée. Et à deux ou trois reprises, elle a dit « est-ce qu’il va nous lâcher un jour ? J’ai répondu : « Il, c’est qui ? » Elle me répond « c’est Dieu ! » – « Je te félicite de ne pas croire dans ce Dieu-là et continue d’être athée. » Elle m’a regardé avec étonnement.

 

Il y a un certain nombre de chrétiens dont le Dieu est un Dieu sévère, revanchard, gendarme, justicier… Ce Dieu-là ne pardonne pas. Vous ne pourrez pas pardonner si votre Dieu ne vous pardonne pas intérieurement. C’est très important dans votre démarche de pardon de revoir quel est le Dieu qui vous habite.

 

Quel est le Dieu qui vous habite ? Dieu tout-puissant, qui envoie la mort, qui envoie la souffrance, qui est jaloux de votre sexualité ? Tant que vous croirez à cette forme de Dieu là, vous ne pourrez pas avancer dans votre pardon. Parfois, j’aime mieux des personnes qui ne nomment pas Dieu mais qui le vivent, par leur amour, leur compassion, le don d’eux-mêmes.

 

*****************************************************

 

10. Dixième étape : cesser de s’acharner à vouloir pardonner :
http://unpeudetao.unblog.fr/le-pardon-jean-montbourquette/10-dixieme-etape-cesser-de-sacharner-a-vouloir-pardonner/

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose