13 juin, 2013

12. Douzième étape que faire de la relation avec la personne

Classé dans : — unpeudetao @ 7:19

Est-ce que je me réconcilie avec la personne ? Dans certaines situations, il est mieux qu’il n’y ait pas de réconciliation physique, si la personne n’a pas changé, si elle peut vous agresser, vous faire du mal. Une femme que son mari a battue ne peut pas se mettre dans la situation de se faire souffrir indéfiniment. Il faut être prudent.

 

Si tu te réconcilies avec la personne, la relation ne peut plus revenir comme avant. Lorsqu’il y a eu une blessure entre deux personnes, le seul chemin, c’est l’approfondissement de l’amour entre ces deux personnes. C’est le seul chemin possible et pour moi, il y a un vieux principe qu’un amour qui n’a pas souffert est un amour qui manque de profondeur. Je le vois chez les couples. Un amour qui n’est fait que de sexualité, qui n’a jamais de difficultés n’est pas un amour ordinaire. Habituellement l’amour entre deux personnes implique de la souffrance, de la souffrance acceptée, de la souffrance vécue pour la relation.

 

Quand je suis devant un couple qui a des difficultés, je dis au garçon « quand ta femme va à son cours de yoga au lieu de faire le souper, qu’est-ce que tu ressens ?’ – « Je me sens frustré, je me sens peiné parce que ma mère était toujours là pour le dîner. » Et je dis à le femme « Quand ton mari t’empêche d’aller à ton cours de yoga qu’est-ce que tu ressens ? » – Je me sens peinée, je me sens frustrée parce qu’il ne veut pas que je prenne un peu de détente pour moi. » J’ai alors devant moi deux personnes qui souffrent l’une devant l’autre.

 

Là, ils me disent « Jean qu’est-ce que tu fais là ? Est-ce qu’on va se séparer ? » Je réponds « Non, au lieu de se séparer, on va se tenir les mains et on va souffrir ensemble. Regarde ton mari ! Il souffre parce qu’il avait des attentes sur toi, mais toi, tu n’avais jamais promis de faire le souper tous les soirs. Regarde-le souffrir ! Et toi, ta femme souffre. Elle pensait que tu étais toujours prêt à satisfaire ses désirs. Elle avait des attentes sur toi. Regarde-la souffrir et arrête de te sentir coupable. Si vous voulez, on va souffrir ensemble. »

 

Et là, il se passe quelque chose. Quand on peut soufrir ensemble et accepter cette souffrance-là, il y a une sorte d’approfondissement. Ils communient dans une souffrance commune où ils acceptent de souffrir sans blâmer l’autre personne, sans l’accuser. Là, je m’aperçois que la réconciliation s’est faite dans un amour qui s’est approfondi dans une souffrance commune où on a pris ses responsabilités et où on a accepté de compatir à la souffrance de l’autre.

 

Jean MONBOURQUETTE (1933-2011), prêtre et psychologue canadien.
Conférence donnée à la Paroisse de St Germain l’Auxerrois.

 

*****************************************************

 

 

Laisser un commentaire

Ilona, Mahée et Mila. |
Amour, Beauté, Paroles, Mots. |
Les Ailes du Temps |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | David Besschops
| professeur.de.français
| billierose